Emploi

21 février 2011 09:44; Act: 21.02.2011 09:58 Print

25 affiches sauvages créent un buzz

par Giuseppe Melillo - Sans Facebook ni web, un jeune commercial a créé un énorme buzz en dépensant seulement 50 francs.

storybild

Des placards ont également été collés à Lausanne. (Photo: G. Melillo)

Une faute?

«Emploi, société internationale avec longue tradition recherche collaborateurs/trices, motivé/es, plein temps ou partiel, primes, revenu solide, emploi sûr, Tél. 079 7…» Après avoir placardé 25 affiches à 1 fr. 90 pièce dans divers quartiers de Genève, B. K. a reçu plus de 2000 appels en dix jours, soit 200 coups de fil par jour. «C’est la preuve qu’on peut créer un buzz sans internet ni Facebook, mais avec un marketing low cost», confie-t-il.

L’affichage sauvage n’est pourtant pas autorisé. «Et alors? Devant les Migros, aux arrêts de bus, il y a des affiches de concerts et des annonces de femmes de ménage, la pratique est généralisée», rétorque le jeune commercial de 31  ans.

Qui a appelé? Chômeurs, jeunes à la recherche d’un premier job, cadres bancaires, employés d’assurances, les appels provenaient aussi de France voisine. «Les affiches ont été arrachées, heureusement, car je n’arrivais plus à suivre», explique B. K. L’opération semble avoir révélé une souffrance sociale particulière à Genève, ville fortement touchée par le chômage.

A Yverdon-les- Bains, en revanche, un seul placard près du bureau de poste n’a généré que 50 appels. A Lausanne, 10 affiches n’ont provoqué que peu de réactions. Dans la capitale vaudoise, un placard ne reste pas longtemps aux emplacements d’affichage libre, monopolisés par les boîtes de nuit. Il faut dire aussi que B. K. ne propose que de vendre des produits de bien-être, selon un système de commissions pyramidales classiques. Du porte-à-porte.