Hôpital de la Broye

09 février 2011 11:26; Act: 09.02.2011 12:35 Print

25 patients sont porteurs de la bactérie VRE

L'Hôpital intercantonal de la Broye (HIB) lutte toujours contre la propagation de la bactérie VRE.

storybild

Il n'y a pas de danger pour la population. (Photo: Jean-Paul Guinnard/24h)

Sur ce sujet
Une faute?

L'Hôpital intercantonal de la Broye (HIB) lutte toujours contre la propagation de la bactérie VRE. Une séparation complète a été mise en place entre patients porteurs, non colonisés ou en attente de résultat. A ce jour, 25 d'entre eux ont été dépistés porteurs.

Actuellement, parmi les malades hospitalisés, cinq sont colonisés par l'entérocoque résistant à la vancomycine (VRE). Six ayant été en contact avec des personnes infectées sont en attente du résultat, indiquent mercredi les cantons de Vaud et de Fribourg dans un communiqué.

Les autres personnes ont pu rentrer chez elles et élimineront la bactérie naturellement au bout de quelques mois, a expliqué Christiane Petignat, responsable de l'Unité cantonale vaudoise d'hygiène, prévention et contrôle de l'infection (HPCI).

Peu pathogène, le germe constitue un problème surtout dans les milieux de soins, car il se transmet d'un patient à l'autre, a relevé la responsable. La crainte est que le VRE ne passe sa résistance aux antibiotiques à d'autres bactéries comme le staphylocoque, renforçant ainsi le risque d'infections nosocomiales.

Dispositif renforcé

Au HIB, la situation reste sous haute surveillance. Les porteurs se trouvent désormais aussi bien en médecine qu'en chirurgie. C'est pourquoi trois zones communes aux deux services ont été mises en place.

Les porteurs du VRE sont rassemblés dans l'une d'elles avec du personnel dédié afin d'éviter tout contact avec les autres patients. Une autre rassemble les cas suspects et enfin l'hôpital dispose d'une zone propre.

Tout patient qui a séjourné au HIB entre novembre et janvier est dépisté systématiquement lors d'une réadmission, a relevé Mme Petignat. L'hôpital n'accepte toujours pas de nouveaux cas en chirurgie. Les patients nécessitant une intervention chirurgicale urgente sont redirigés vers les autres hôpitaux de la région.

Plusieurs semaines

Cette adaptation de la prise en charge implique une diminution de l'activité de l'hôpital pendant plusieurs semaines encore. Il a pour objectif de confirmer l'absence de chaîne de transmission au sein et à partir du HIB.

Du personnel supplémentaire dédié, soumis aux mesures additionnelles de contact (port de gants et surblouse), vise à renforcer l'efficacité de cette structure. Trois équipes ont été mises en place pour éviter la propagation par le personnel.

Infection urinaire

L'hôpital de Payerne est en alerte depuis jeudi dernier, suite à la découverte de la bactérie VRE. Elle se serait développée après qu'un patient a été soigné au HIB, en décembre 2010 pour une infection urinaire. Il portait des entérocoques qui se sont révélés résistants aux traitements.

Les recherches dans le service de chirurgie du HIB avaient permis de détecter dans un premier temps quinze patients porteurs de cette bactérie.

(ats)