Suisse

28 juillet 2014 22:36; Act: 29.07.2014 09:54 Print

A vélo sur la voie rapide, juste pour éviter un détour

par David Maccabez - Touristes perdus ou locaux pressés, des cyclistes se retrouvent régulièrement à rouler sur l’autoroute.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Mercredi dernier, une femme a été escortée hors de l’autoroute, sur l’A1, à hauteur de Coppet (VD). Elle s’était engagée par erreur sur son vélo électrique et circulait sur la bande d’arrêt d’urgence. Le 13 juillet, un cycliste était signalé entre Wil (SG) et Zurich. Et en mai, une touriste américaine et un Russe en vacances connaissaient la même mésaventure à deux jours d’intervalle, à Villeneuve et près de Genève.

Heureusement, aucun accident grave n’est à déplorer. Et les forces de police l’assurent, le phénomène reste peu fréquent. Mais ce qui inquiète, ce sont ses raisons. «Il s’agit parfois de touristes qui se perdent, explique Christophe Fortis, porte-parole de la police cantonale genevoise. Mais nous voyons aussi des gens pressés qui veulent gagner du temps.» A Fribourg, le tronçon le plus utilisé est celui entre La Tour-de-Trême et l’autoroute Vevey-Berne. «Ce tronçon, correctement signalé, est emprunté comme raccourci», indique Isabelle Pauchard, porte-parole de la police cantonale.

Pour l’association Pro Velo, c’est à l’école que tout se joue: «Tous les cantons ne dispensent pas de formation pour cyclistes. Il faudrait les généraliser», estime son président, Jean-François Steiert. Selon lui, la signalisation pourrait aussi être améliorée. «Les panneaux sont pourtant tout à fait clairs et il y en a partout, assure Guido Bielmann, de l’Office fédéral des routes (Ofrou). Pour moi, c’est surtout un problème d’inattention et, en effet, de formation des jeunes. C’est là qu’il faut travailler.»