Valais

11 décembre 2019 12:49; Act: 11.12.2019 13:01 Print

Affaire Rossier: secret de fonction levé

Sébastien Fanti pourra être entendu dans l'affaire de l'ex-responsable du Service de l'Environnement Joël Rossier.

storybild

Sébastien Fanti lors des elections au Conseil d'Etat valaisan en mars 2017 à Sion. (Photo: Keystone/archive)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Grand Conseil valaisan a accepté mercredi à l'unanimité de lever le secret de fonction du préposé cantonal aux données et à la transparence. Sébastien Fanti pourra donc être entendu dans l'affaire de l'ex-responsable du Service de l'Environnement Joël Rossier.

Cette levée du secret de fonction ne concerne que cette affaire en lien avec les dossiers transmis par l'ex-responsable du Service de l'Environnement à la commission de gestion, la COGEST. Des dossiers qui ont fuité dans la presse.

Ce point a été ajouté à l'ordre du jour du Grand Conseil, en urgence, mardi après-midi. Sebastien Fanti a en effet été appelé à se présenter dans les bureaux de la Police cantonale pour être auditionné sur demande du Ministère public, ce jeudi. Le 6 décembre, ce dernier avait ouvert une enquête préliminaire.

Délégation au Bureau

Le Grand Conseil ne se réunissant plus jusqu'en mars 2020, le plenum a délégué à son bureau la compétence de lever le secret de fonction pour d'autres personnes, si le besoin s'en faisait ressentir dans cette affaire. Cela pourrait être le cas pour un ou plusieurs membres de la Commission de gestion, par exemple.

La COGEST a déposé une plainte contre inconnu pour violation du secret de fonction qu'aurait potentiellement commis un ou plusieurs de ses membres. Des fuites auraient permis à la presse de savoir que Joël Rossier, l'ex-chef du Service de l'environnement, avait remis un rapport à l'ancienne présidente de la COGEST, la néo-conseillère aux Etats, Marianne Maret.

Melly fragilisé

Le manque de transparence en lien avec les dossiers transmis par Joël Rossier a fragilisé, depuis plusieurs semaines, la position du conseiller d'Etat en charge du Département de la mobilité, du territoire et de l'environnement, Jacques Melly.

A la mi-octobre, des journalistes de sept médias avaient pu consulter une partie de ces documents qui évoquent des dysfonctionnements au sein du département de l'élu démocrate-chrétien ainsi que des pollutions connues. La semaine dernière, l'UDCVr avait mis en ligne un des dossiers constitués par Joël Rossier, fort de 512 pages.

L'UDCVr mais aussi le PLR ont déposé, en début de semaine, deux postulats urgents afin que le Service de l'environnement soit provisoirement confié à un autre membre du gouvernement. La question sera traitée vendredi.

(nxp/ats)