Fribourg

15 février 2019 11:12; Act: 15.02.2019 11:41 Print

Assainir la décharge de la Pila coûtera cher

Quatre variantes sont sur la table en vue de l'assainissement de l'ancienne décharge de la Pila dans le canton de Fribourg.

storybild

Une vue du Grand Conseil fribourgeois, qui a accepté l'assainissement de la décharge de la Pila. (Photo: Keystone/Photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La Confédération soutient un projet prévoyant une excavation partielle de la décharge fribourgeoise de la Pila, estimée entre 110 et 195 millions de francs. Les enjeux ont été divulgués vendredi devant la presse à Fribourg, en présence notamment des conseillers d'Etat Jean-François Steiert, en charge de l'aménagement et de l'environnement, et Didier Castella, en charge des institutions et de l'agriculture. Le dossier de l'assainissement du site, sis sur la commune d'Hauterive, dure depuis plus de dix ans.

Des investigations complémentaires ont été menées entre 2016 et 2017. Elles visaient à évaluer plus en détail l'impact sur la Sarine des mesures d'assainissement pouvant être prises pour la décharge et répondaient à un mandat accepté par le Grand Conseil ainsi qu'aux demandes de la Confédération et de la Direction de l'aménagement, de l'environnement et des constructions (DAEC).

Jusqu'à 195 millions

L'objectif consistait à mettre en oeuvre la mesure optimale tant du point de vue de l'environnement et que des coûts. Les investigations ont fait émerger quatre variantes que le Conseil d'Etat a détaillées en compagnie de la conseillère communale de Fribourg Andrea Burgener Woeffray.

La Confédération privilégie la deuxième variante, dont le coût oscille entre 110 et 195 millions de francs. Elle prévoit l'excavation totale de la zone haute de la décharge, ce qui représente 185'000 m3 et 25 tonnes de polychlorobiphényles (PCB) extraits, l'agent polluant qui prend la forme de liquides plus ou moins visqueux.

Les autres variantes se veulent plus ou moins ambitieuses en ce qui concerne l'excavation de matériaux et les tonnes de PCB extraits. Leurs chiffres oscillent entre 50 et 250 millions de francs pour les coûts, entre 26'000 et 280'000 m3 pour les excavations et entre 3 et 31 tonnes de PCB extraits.

40% pour la Confédération

Le choix de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), qui assumera 40% des coûts, a privilégié la variante 2 notamment parce qu'elle permet l'élimination de 80% des PCB et un confinement durable du reste du site. Les émissions résiduelles de PCB dans la Sarine satisferaient en outre les objectifs de qualité définis pour le cours d'eau.

Dans sa réponse au mandat Geinoz déposé devant le législatif cantonal, le Conseil d'Etat a signalé vouloir suivre la position de l'OFEV qui s'est déterminé pour la variante 2. «C'est dans le cadre de l'établissement du projet d'assainissement qu'il s'agira d'affiner la variante retenue», ont indiqué les intervenants. L'idée consiste à obtenir le meilleur ratio coûts-efficacité, tout en garantissant le respect des objectifs d'assainissement.

A partir de 2022

Le calendrier prévoit l'établissement du projet d'assainissement cette année encore. La réalisation du projet d'ouvrage et la demande de permis de construire interviendront pour leur part en 2020. L'assainissement pourrait débuter dès 2022, après le lancement des appels d'offres et le crédit d'engagement au Grand Conseil.

Le site de l'ancienne décharge de la Pila, au sud-ouest de Fribourg, et la Sarine, à proximité, font l'objet d'une surveillance régulière. Les mesures préliminaires réalisées entre 2011 et 2014 ont permis, grâce à une nette amélioration provisoire de la qualité du cours d'eau, la réouverture de tous les tronçons à la pêche en 2017.

(nxp/ats)