Suisse romande

23 février 2020 18:21; Act: 23.02.2020 18:38 Print

Avalanche... de confettis et de bonne humeur en Valais

De Monthey à Brigue en passant par le Lötschental ou Evolène, la folie carnavalesque a envahi tout le canton ce week-end.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Baignés par une douceur quasi printanière, les carnavals organisés en Valais attirent une nouvelle fois la grande foule, cette année. Aux quatre coins du canton, d'importants records ont été enregistrés, notamment à Monthey et Sion.

Cortèges, concerts cacophoniques, défilés de chars, fanfares et guggens ont marqué ce week-end de carnaval. Déguisés et/ou grimés, les «vrais» carnavaleux s'en sont donnés à coeur joie jusqu'à tard dans la nuit. Dans une bonne humeur contagieuse.

Tradition maintenue

Le grand cortège mis sur pied, samedi à Sion, sous le soleil, a attiré 40'000 spectateurs. Une présence populaire jugée «excellente», par le président de la manifestation, Yoann Schmidt. Dans une ambiance strass et paillettes, près d'une trentaine de groupes ont défilé, ce qui représente un peu plus de 900 personnes.

Le thème choisi «Silence ! Sion tourne» a débouché sur pas mal de créativité en matière de costumes et de chars. «On a vraiment été surpris en bien», avoue notre interlocuteur. «En matière de chars, on est passé de Walt Disney à Casa de papel.» Ce dimanche, le traditionnel cortège de chevaux a réuni une cinquantaine de cavaliers. Jeudi soir, la fête avait débuté avec la traditionnelle remise des clés de la ville au sorcier du carnaval. Le carnaval de Sion s'achèvera lundi soir.

«Notre Foire du Valais»

Le plus ancien des carnavals valaisans (148e édition) – celui de Monthey – n'a pas perdu le nord, ce dimanche. Malgré un changement de parcours de son cortège – la faute à de nombreux travaux au centre-ville -, la population y a trouvé son compte.

Plus de 43'000 badauds, selon les organisateurs, ont assisté au défilé, composé notamment de quatorze guggens et d'une douzaine de chars. La gargantuesque bataille de confettis – 600 kilos utilisés – qui a suivi s'est voulue «renversante». «Carnaval c'est notre Foire du Valais», aime à rappeler Charly Vernaz, le président du comité d'organisation.

Lundi soir, les carnavaleux chablaisiens se retrouveront à l'occasion du Pimponicaille, un chambard improvisé très prisé des habitants du lieu. Mardi, place à la mise à feu du bonhomme hiver au coeur de Monthey.

«Tschäggättä» et empaillés

Dans le Lötschental, les «Tschäggättä» battent la campagne. Ces drôles de monstres aux masques menaçants, vêtus de peaux de mouton ou de chèvre, la cloche de vache à la ceinture, ont pris l'habitude de surgir là où on ne les attend pas. A Brigue, la tradition se perpétue: le temps du carnaval, la ville haut-valaisanne se métamorphose en Kasbah, et les clés de la cité sont remises au grand Turc. Enfin à Evolène, ce sont les empaillés et les peluches qui hantent le Val d'Hérens. Ils sont en charge de repousser les esprits de la nuit du 6 janvier jusqu'à Mardi gras, le 25 février cette année.

Pas d'incidents graves

La folie qui s'est emparée du Valais reste bien encadrée par les forces de l'ordre. «Les effectifs ont été augmentés, afin de nous montrer visible sur le terrain et de rassurer la population. Pour l'heure, nous n'avons constaté aucun fait grave depuis le début du Carnaval», précisait, dimanche en fin d'après-midi, l'une des porte-parole de la police cantonale, Cynthia Zermatten.

A noter tout de même une intervention des pompiers à Martigny-Bourg, samedi après-midi. Des enfants ont en effet mis le feu à des tuyas, proche de l'école du lieu, en jouant avec des engins pyrotechniques, style 1er août. Aucun blessé n'est à déplorer.

(nxp/ats)