Martigny (VS)

26 avril 2019 14:19; Act: 26.04.2019 14:19 Print

Blessé par un policier et arrêté à la sortie du procès

par Christian Humbert - Le tribunal de Martigny a acquitté le policier-tireur. L'homme sur qui il a fait feu, en revanche, a été condamné et appréhendé au terme de l'audience.

storybild

Les faits s'étaient produits dans les vergers d'un village de la plaine du Rhône, vers Martigny. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Il ne s’y attendait pas: Joao*, le Portugais quadragénaire sur lequel un policier valaisan avait tiré le 2 juillet 2017 à Charrat, a été arrêté au terme de l’audience de jugement du Tribunal de Martigny vendredi. Comme demandé par le procureur général adjoint Jean Pierre Greter, l’agent de la police intercommunale a en revanche été acquitté de toute peine.

Joao, qui s’était présenté jeudi à l'audience en mode décontracté, short et t shirt, n’a pas réagi lorsque les quatre gendarmes qui l’attendaient à la sortie de la salle l’ont appréhendé. Son avocat, Me Luis Neves, fera appel de ce jugement. Son arrestation a été décidée pour éviter une fuite et surtout en raison des menaces proférées à l’encontre de son ex-compagne et de sa fille, qu’il disait vouloir égorger. C’est d’ailleurs son comportement très violent à l’égard de son ex qui l’a amené à plusieurs reprises devant la justice sans que cela ne l’empêche de recommencer.

Prison et expulsion

Il n’a jamais supporté que sa compatriote le quitte: elle était lassée de ses violences lorsqu'il avait bu. Il avait une nouvelle fois picolé en juillet 2017 et enfreint les décisions judiciaires lui ordonnant de se tenir à distance d’Hélène*. Un agent de police est intervenu. Il a vainement tenté de le raisonner et de l’arrêter. C’est au terme d’une course poursuite entrecoupée de coups de matraque qu’il a tiré dans la cuisse de Joao alors qu’il menaçait de lui jeter une pierre de 1,6 kilo au visage. C’était la deuxième fois que le célibataire s’était emparé d’un caillou. Et c’est la deuxième fois que le policier avait dégainé. Il avait alors fait feu.

A peine remis de son hospitalisation et de ses sérieuses blessures, Joao n’a rien trouvé de mieux que de s’en prendre à nouveau à Hélène. Il a alors été détenu de mai à octobre 2018. Le juge unique du tribunal de Martigny a totalement suivi le réquisitoire du procureur en ce qui concerne la légitime défense du policier, notamment prévenu de lésions corporelles graves. Il a condamné Joao à deux ans de prison ferme et à cinq ans d’expulsion. Un traitement ambulatoire a aussi été ordonné.