Valais

05 février 2015 15:20; Act: 05.02.2015 15:43 Print

De l'alcool vendu à des mineurs dans 64% des cas

Le résultat n'est pas brillant: près de deux tiers des commerces ont vendu de l'alcool à des mineurs lors des achats-tests menés en Valais en 2014.

Une faute?

Quelque 150 achats-tests d'alcool ont été effectués dans 41 communes valaisannes lors de la campagne menée pour la troisième année consécutive. Sous la supervision de professionnels, ils ont été réalisés par des mineurs dans des magasins, des shops, des restaurants et des bars.

Lors de la première série d'achats-tests, 64% des commerçants ont vendu de l'alcool aux mineurs, ont indiqué jeudi Addiction Valais ainsi que les polices municipales et cantonale. Ils avaient pourtant été au préalable avertis et sensibilisés par une lettre d'information et une rencontre personnalisée avec la police municipale.

Carte d'identité demandée

A l'issue de la deuxième série d'achats-tests, 17% étaient à nouveau en infraction. En 2013, 51% des commerces avaient vendu de l'alcool lors du premier achat-test et 17% ensuite.

Les chiffres de 2014 sont toutefois difficilement comparables avec ceux de l'année précédente: il y a beaucoup plus de communes et les commerces testés n'étaient pas forcément les mêmes, a indiqué à l'ats Corinne Cipolla, responsable prévention à Addict Valais.

A l'instar des années précédentes, les résultats montrent que les établissements ont systématisé la demande de carte d'identité à leurs jeunes clients entre les différentes phases de tests. Pour les partenaires, il s'agit là d'un «véritable effet positif de la campagne».

Sion et Conthey paieront

Les résultats des achats-tests ne peuvent pas être utilisés comme preuves dans une procédure pénale et ne peuvent pas déboucher sur des amendes. Les 14% de commerces récidivistes (17% en 2013) ont donc fait l'objet d'une annonce aux autorités compétentes et devront payer des émoluments de plusieurs centaines de francs.

Une nouvelle campagne d'achats-tests sera menée en 2016. Elle touchera 22 communes valaisannes. Celles qui ont déjà été testées deux fois ne font plus partie de la planification mais peuvent mandater Addiction Valais.

Sion et Conthey sont partantes. Elles devront payer 700 francs de frais fixes et 250 francs par commerce testé, soit quatre au minimum, précise Corinne Cipolla.

(ats)