Arriérés de salaires

09 février 2011 17:09; Act: 10.02.2011 09:52 Print

Des infirmiers réclament 15 millions à HNE

par Catherine Bex - Du personnel soignant monte au front. Près de deux cents d'entre eux ont décidé de recourir contre Hôpital neuchâtelois pour quelque 15 millions d'arriérés de salaires.

storybild

Des infirmiers neuchâtelois ont vu leurs années d'ancienneté passées à la trappe, avec la nouvelle grille salariale, en janvier 2007. (Photo: Keystone)

Une faute?

L’ancienneté n’est pas toujours gage de salaire plus élevé. Certains membres du personnel infirmier d’Hôpital neuchâtelois (HNE) en font l’expérience. Quelque 200 d’entre eux ont fait recours contre l’établissement. En cause: une inégalité de traitement entre anciens et nouveaux employés.

En janvier 2007, l’entrée en vigueur du nouveau système de rémunération de la convention collective de travail de la branche (CCT Santé 21) a joué des tours à plus d’un. En effet, de nombreux employés ont vu une partie de leurs années d’ancienneté balayées. Par exemple, un infirmier peut se retrouver classé en annuité 13, alors qu’il a 20 ans d’ancienneté. La perte financière peut ainsi varier de 100 à 1000 fr. par mois. Les nouveaux employés sont en revanche engagés avec leurs années d'ancienneté. Cette différence de traitement entre anciens et nouveaux arrivés en a choqué plus d’un. Deux cents personnes, travaillant sur les sites de Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds, ont décidé de saisir la justice. Mais le nombre de personnes touchées pourrait être plus important.

Des raisons financières

La fidélité à l’employeur ne paie donc pas. Les employés qui quittent HNE pour se faire réengager après plus d’un an peuvent profiter de la nouvelle grille salariale et ainsi récupérer leurs années d’ancienneté. Le directeur des RH reconnaît que ce sont des raisons financières qui n’ont pas permis d’adapter tous les salaires. «Nous appliquons la CCT comme elle l’a été faite et validée notamment par les représentants des employés», précise Blaise Della Santa. «Le phénomène ne vient pas de HNE, mais de cette CCT telle qu'elle est constituée.»

L’affaire est délicate, lorsque l’on sait que les sommes engagées frisent les 15 millions et qu’HNE doit économiser cinq millions sur son budget 2011. Si ces employés obtiennent gain de cause auprès du tribunal, la décision pourrait alors faire jurisprudence pour tout le personnel affilié à cette CCT. Outre HNE, les homes subventionnés par le canton, les soins à domicile ou le Centre neuchâtelois de psychiatrie seraient alors concernés. Olivier Linder, directeur des finances de l’établissement hospitalier, précise que HNE n’a pas les moyens de provisionner et ne possède donc pas de réserves pour verser ces arriérés de salaires.