Neuchâtel

30 mars 2018 13:24; Act: 30.03.2018 13:29 Print

Des lycéens priés d'évaluer leurs profs

Une douzaine d'enseignants du lycée Jean-Piaget à Neuchâtel ont accepté d'être soumis aux critiques des élèves. Une première dans le canton.

storybild

C'est la première fois que des élèves mineurs doivent évaluer leurs profs dans le canton de Neuchâtel. (Photo: AFP)

Une faute?

Pour la première fois dans le canton de Neuchâtel, des élèves mineurs ont dû répondre à un questionnaire visant à évaluer la qualité de l'enseignement et leurs professeurs. Cette démarche, totalement anonyme, s'est déroulée entre janvier et mars au lycée Jean-Piaget à Neuchâtel, révèle vendredi Arcinfo.

Selon le journal, cette initiative est à mettre sur le compte des dirigeants de l'établissement. Ils ont en effet décidé de prendre des mesures suite à des tensions entre élèves et direction, de faibles résultats lors d'une enquête nationale de satisfaction des étudiants ainsi qu'à un manque de reconnaissance ressenti par certains profs.

Base volontaire des enseignants

L'évaluation par les élèves s'est déroulée sur une base volontaire, explique Arcinfoqui précise qu'une douzaine de profs ont accepté de se soumettre à l'examen. Les questions posées aux lycéens, âgés de 15 à 19 ans, touchaient aussi bien au climat dans les classes qu'à la qualité pédagogique des enseignants.

Selon le journal, la première réaction des profs a été la peur d'être contrôlés. Mais ils ont été rassurés par le fait que les résultats des questionnaires ne seraient pas transmis à la direction. Certains redoutent toutefois que la démarche, pour l'instant volontaire, devienne obligatoire pour tous les enseignants.

Pour le moment en tout cas, la démarche est chaperonnée par Pierre-François Coen. Ce professeur à la Haute Ecole pédagogique de Fribourg est l'homme qui a développé ce programme d'évaluation déjà mis en place il y a 10 ans au gymnase intercantonal de la Broye. C'est donc lui qui a été chargé d'analyser les données et de voir chaque prof individuellement pour d'éventuelles améliorations à apporter à ses cours.

Interrogé par Arcinfosur le bilan de ces 10 ans d'évaluation dans la Broye, le professeur a souligné que ces évaluations n'avaient pas servi de défouloir aux élèves. Sur 8500 questionnaires examinés, seuls trois cas se sont révélés insultants, affirme-t-il. Selon lui, les étudiants ont surtout envie de contribuer à améliorer la qualité de l'enseignement et apportent souvent des commentaires pertinents. Pierre-François Coen conclut en soulignant que la démarche avait jusqu'ici débouché la plupart du temps sur des formations mieux ciblées.

(cht/nxp)