Suisse - France

18 décembre 2018 14:33; Act: 18.12.2018 16:04 Print

Neuf déchets sur dix sont piégés dans le lac Léman

Chaque année, environ 50 tonnes de plastique se retrouvent dans le plan d'eau situé entre la Suisse et la France.

storybild

L'ASL rappelle qu'il existe des opérations bénévoles de nettoyage des rives du Léman. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Environ 50 tonnes de déchets plastiques sont rejetées dans le lac Léman chaque année. Sur cette quantité, seul un dixième est évacué par le Rhône, en aval. Ces chiffres proviennent d'une étude commandée par l'Association pour la sauvegarde du Léman (ASL).

Une grande partie de ces plastiques de toutes sortes semble s'accumuler dans les sédiments. Dans son dernier bulletin publié mardi, l'Association pour la sauvegarde du Léman souligne que le plastique se dégrade mal dans l'eau, même en surface.

L'organisme transfrontalier en appelle à une prise de conscience du problème. Selon l'étude menée par le docteur Julien Boucher en partenariat avec une équipe de l'EPFL, plus de la moitié de la quantité de plastique qui se retrouve chaque année dans le Léman a pour origine la poussière provenant de l'usure des pneus. Elle arrive dans le lac avec le ruissellement des eaux.

Détritus plastiques

Les détritus et les emballages jetés inconsidérément dans la nature constituent l'autre grande source de pollution au plastique du lac, soit environ 10 tonnes par année. On retrouve aussi dans l'eau des plastiques provenant de déchets de construction ou des particules liés aux rejets textiles, aux cosmétiques et aux peintures.

Il semble que la plupart des plastiques s'accumulent dans les sédiments, selon l'étude. Des prélèvements effectués à différentes profondeurs du Léman accréditent cette thèse.

Des quantités non négligeables de plastique sont également absorbées par la faune, surtout les poissons et les oiseaux.

Appel aux distributeurs

L'Association pour la sauvegarde du Léman évoque quelques pistes pour améliorer la situation. Elle estime que les grandes enseignes peuvent jouer un rôle important dans la lutte contre le plastique, en limitant le recours à des emballages à usage unique. Les consommateurs, eux, doivent privilégier les contenants réutilisables.

L'ASL rappelle aussi la contribution dans ce combat apportée par des opérations bénévoles de nettoyage des rives du Léman. Ces actions permettent d'enlever les plus gros déchets plastiques et ainsi éviter qu'avec le temps, ils ne deviennent des micros ou des nano déchets beaucoup plus difficile à ramasser.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mère Nature le 18.12.2018 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    Harmonie

    Et si on interdisait immédiatement (pas dans 10 ans) les emballages à usages unique... Ce serait un grand pas pour la Nature! Les gens n'ont pas d'éducation. En tout cas les consommateurs de ce genre d'emballage. Perso j'utilise mes propres emballages et un panier pour les courses, je prends au détail fruits et légumes, sans emballage. Pareil pour les shampoings (bidon réutilisable à l'infini) etc..Et je ne prends rien à l'emporter, sauf si je peux utiliser mes bacs. Quasiment plus de déchet. Soyons tous responsable ! Bannissons les emballages uniques et polluants. Pour notre belle planète ! On a des technologies pour faire un gigantesque Ceva. Donc on peut bien faire le grand nettoyage du Lac Léman.

  • Pierre Albert le 18.12.2018 15:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hum

    C'est encore beaucoup trop, les gens doivent devenir plus responsables

  • Milpa Bagen le 18.12.2018 15:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Plastique ou caoutchouc ?

    La dernière information est étrange. Comment la moitié du plastique du Léman, peut-il provenir de pneu? S'il est évident qu'il y a une usure de la bande de roulement, qui peut donc se retrouver dans les eaux de ruissellement; cela ne devrait pas être du plastique, mais du caoutchouc. En effet la bande de roulement n'est constituée que de cette matière. Qu'il soit artificiel ou non.

Les derniers commentaires

  • Pluche le 19.12.2018 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "Problème vital"

    On préfère "épiloguer" sur la presse gratuite "sic Mme la conseillère fédérale" plutôt que " d 'empoigner" les vrais problèmes urgents...et vitaux...

  • génocide doux des Suisses ? le 18.12.2018 20:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bizarre

    Julien Boucher est un frouze. Comme l'autre frouze de l'EPFL qui veut que l'on s'inscrive pour utiliser Nos autoroutes (avec priorité aux frontaliers ?) on s'étonne de ne voir aucun Suisse dans nos hautes écoles...

    • pipol le 18.12.2018 21:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @génocide doux des Suisses ?

      On dit "on s'étonne de ne voir acun oin-oin", pour rester cohérent.

  • père Fuettard le 18.12.2018 19:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pollution

    n'y vont pas tous seuls mais ils y sont jetés par les humains .. les Suisses étaient très attentifs il y a 40 ans .. est ce que les nouvelles générations sont devenues cochons ou il y a bcp trop d'éléments importés qui les sont ?Sans nos contributions personnelles inutile de parler de circonscrire le problème .. nous sommes tous coupables ?

    • Lucie@gmail.com le 19.12.2018 08:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @père Fuettard

      Ce ne sont pas les Suisses qu ils font celà mais bien les Français preuve à l appuie

  • Pissaro18 le 18.12.2018 17:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le plastique c'est fantastique

    La pollution plastique est partout. On la retrouve dans nos cours d'eau jusqu'au point le plus profonds de l'océan, de l'Arctique à l'Antarctique et de l'estomac des baleines jusque dans l'organisme des insectes aquatiques. Inutile de dire que la situation va aller en s'aggravant. À moins que nous prenions les mesures qui s'imposent.

  • Jean le 18.12.2018 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Plus d'éducation...

    Hier une personne a balancé 12 pneus usagés dans la forêt à coté de chez moi, cela arrive de plus en plus souvent. Il y aussi un automobiliste qui passe tous les jours sur ce petit chemin de campagne et qui balance une cannette en alu par la fenêtre.