Statistiques policières

22 mars 2011 13:02; Act: 22.03.2011 13:11 Print

En Valais, la montagne tue plus que la route

La route tue moins que la montagne, dans le canton du Valais, selon les statistiques de la police cantonale.

storybild

A Zermatt (VS), les alpinistes partent à l'assaut de la montagne. (Photo: Keystone)

Une faute?

La montagne valaisanne a été deux fois plus meurtrière que la route en 2010. La police valaisanne voit plusieurs motifs de satisfaction dans ces chiffres. Ils démontrent que les efforts de prévention portent leurs fruits.

La route a tué 20 personnes l'an dernier en Valais. Le chiffre est plus élevé que ceux de 2009 (15) et 2008 (16), mais ne dément pas la tendance à la baisse des 50 dernières années, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse à Sion le commandant de la police cantonale Christian Varone.

Deux accidents spectaculaires, dont celui d'un car de touristes à Reckingen, expliquent le nombre de morts. Mais celui d'accidents continue à reculer. Il s'est établi à 949 l'an dernier alors même que le nombre de véhicules immatriculés est passé de 260'000 à 268'000.

Vitesse et alcool

Les principales causes des accidents sont invariablement la vitesse et l'alcool pour près de la moitié des cas. Pourtant les conductrices et conducteurs valaisans se montrent respectueux des lois, contrairement à certains clichés, a dit M. Varone.

Les 9276 contrôles d'alcoolémie n'ont révélé que 14,3% de contrevenants et sur ce total un peu plus du quart était impliqué dans un accident. Quant à la vitesse, la statistique est encore meilleure. Les excès de vitesse ont concerné 6,4% des conducteurs contrôlés dont seul un sixième s'est vu retirer le permis.

En montagne, le Valais a déploré 37 décès l'an dernier dont 10 en période hivernale. Les Valaisans représentent 16% des victimes, les autres Confédérés 22% et les étrangers 62%.

Canton tranquille

En matière de criminalité, la situation valaisanne est assez similaires à la situation suisse présentée lundi par l'Office fédéral de la statistique. Le nombre d'infractions a diminué et le Valais se situe en-dessous de la moyenne nationale.

Les taux d'élucidation des infractions contre la vie et l'intégrité corporelle (93,7%) et l'intégrité sexuelle (87,7%) est qualifié de bon. Mais l'augmentation constante des actes d'ordre sexuel avec des enfants inquiète, d'autant qu'un tiers des cas est recensé dans un cadre familial ou de proximité.

L'actuelle préoccupation des forces de police est l'émergence de phénomène nouveaux. La criminalité transfrontalière, même si le Valais est peu touché, cybercriminalité et le hooliganisme sont inquiétants, a dit M. Varone. Ces domaines demandent beaucoup d'investissement en temps et en personnel.

(ats)