Neuchâtel

25 juillet 2018 19:30; Act: 27.07.2018 12:12 Print

Il entre par effraction et vole ses propres voitures

En faillite, un marchand de voitures américaines est revenu dans son ancien atelier et a dérobé deux véhicules et des dizaines de milliers de francs.

storybild

Auto-Enchères SA, société de revente de véhicules anciens, est prise dans l'affaire d'une faillite, bien malgré elle. (Photo: DR)

Une faute?

«Le loyer était bas, c'était très intéressant», concède Serge Oechslin. Depuis deux ans, l'administrateur d'Auto-Enchères SA sous-loue un local à Neuchâtel, principalement pour entreposer des oldtimers détenus par des tiers, et les revendre ensuite lors d'enchères à Montreux.

Pourtant, l'ancien locataire, Best cars 4 you, un importateur de voitures américaines, a refait surface récemment pour lui jouer un mauvais tour, rapporte «Arcinfo».

Surprise: en juin, le commissaire-priseur n'a pas pu accéder à l'atelier. «L'ancien gérant a forcé la serrure, et l'a ensuite fait changer. Il a aussi pris quelques dizaines de milliers de francs, des clés, et des quittances», raconte Serge Oechslin qui, manque de chance, se trouvait en Alsace (F) pour une livraison au moment des faits. De plus, l'intrus a récupéré deux voitures lui appartenant, mais pour lesquelles Auto-Enchères avait un mandat de vente: une Pontiac de sport rouge et un coupé Mercedes.

Société en faillite

Et pour cause, la société fribourgeoise était en faillite depuis le mois d'avril. Les voitures risquaient donc d'être saisies. Après l'effraction, une plainte pénale a été déposée. «Mais, à mon avis, on ne récupéra jamais l'argent», lance Serge Oechslin.

Le plus embêtant, c'est que le négociant n'a pas eu accès à ses locaux, qui font office de bureau, pendant dix jours. Désormais, Auto-Enchères doit prouver que les voitures qu'il détient n'ont rien à voir avec cette faillite. «Ça risque de prendre encore un mois.» Et pendant ce temps, les bolides ne peuvent pas quitter l'atelier ni être vendus. «Certains clients ont perdu patience» et ont fini par se retirer des affaires que le commissaire-priseur avait conclues aux enchères.


(doe)