Fribourg

13 novembre 2019 21:07; Act: 14.11.2019 18:07 Print

En se fermant, la porte du bus lui arrache la peau

Une dame âgée s'est retrouvée avec une plaie impressionnante au bras droit, en montant dans un véhicule des TPF. Les capteurs de la porte ne l'ont pas détectée.

storybild

La porte du bus a littéralement arraché la peau de la victime. (Photo: lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

Il faudra du temps pour que Germaine* récupère totalement. Physiquement d'abord, mais psychologiquement également. Mardi, peu après 11h, elle a été victime d'un accident en montant dans un trolleybus des Transports publics fribourgeois (TPF), au centre-ville de Fribourg.

Cette dame âgée a attendu que tous les autres passagers soient montés, pour en faire autant. Mais, comme les capteurs n'ont pas détecté de passage durant quelques secondes, les portes se sont automatiquement refermées. Germaine avait néanmoins juste eu le temps de s'agripper à la poignée intérieure de la porte, tant et si bien que son bras droit a été percuté.

La gomme en caoutchouc censée protéger les passagers d'un éventuel choc a alors arraché sa peau, en la frottant, à la hauteur de son coude, lui provoquant une plaie importante. «Elle a tout de suite crié et elle était profondément choquée. J'ai d'ailleurs dû l'aider à s’asseoir sur un siège. Quant au bus, il a continué sa route, comme si de rien n'était», s'insurge l'un des passagers. Ce bon samaritain a ensuite accompagné Germaine dans une pharmacie de la ville. Mais, au vu de la gravité de la blessure, la victime a été redirigée vers les urgences.

Les TPF reconnaissent l'accident

Après visionnage des enregistrements de vidéosurveillance, les TPF reconnaissent l'accident et feront marcher leur assurance. «Le bus a été expertisé et aucun dysfonctionnement n'a été constaté. D'ailleurs, la porte ne s'est pas totalement refermée et elle s'est rouverte dès qu'elle a impacté le bras de cette dame. Les capteurs ne l'ont toutefois pas détectée, car ils sont positionnés juste un peu plus bas», explique le porte-parole de la compagnie.

En outre, le chauffeur aurait effectivement pu arrêter le bus et appeler une ambulance. «S'il ne l'a pas fait, c'est qu'il n'était pas conscient de la gravité de la blessure. Personne ne l'en a informé et, comme elle était assise parmi les autres passagers, il a décidé de continuer. Quoi qu'il en soit, nous allons prendre contact avec elle et voir dans quelle mesure nous pouvons l'aider», promet le porte-parole.

*Prénom d'emprunt

(xfz)