Tennis

21 novembre 2019 18:05; Act: 21.11.2019 19:24 Print

Ex-partenaire de Federer, Allegro est accusé de viol

par Christian Humbert - L'ancien tennisman suisse, qui a notamment joué en double avec le Bâlois ainsi qu'avec Stan Wawrinka en Coupe Davis, aurait abusé d'une joueuse étrangère.

storybild

Yves Allegro (à g.) a joué en double avec Roger Federer, ainsi qu'avec Stan Wawrinka plus tard, notamment en Coupe Davis. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un match très serré, face à une procureure valaisanne, que va disputer en décembre l'ancien partenaire en double de Roger Federer, Yves Allegro. Le Valaisan de 41 ans, coach principal chez Swiss Tennis, va comparaître devant le tribunal de Sierre pour une accusation de viol. Le procès se déroulera à huis clos.

C'est à l'occasion d'une réunion des coaches du tennis européen, en octobre 2014 à Tallinn, qu'Yves Allegro aurait franchi les lignes. Selon l'acte d'accusation, les débats des participants à cette conférence ont été suivis d'une tournée des établissements de la capitale estonienne. L'ex-joueur professionnel, retraité depuis 2011 après trois titres en double, se serait alors montré très entreprenant avec deux femmes, qui auraient quitté le groupe, agacées.

Victime couverte de bleus

Ivre, Yves Allegro a poursuivi la soirée avec des amis d'une délégation étrangère, dont la présumée victime, qui était semble-t-il également éméchée. Le couple ainsi formé se serait réveillé le matin dans la même chambre, laquelle avait été «saccagée». Les habits étaient éparpillés. La femme, elle aussi ancienne joueuse de tennis professionnelle, ressentait des douleurs sur tout le corps et était couverte de bleus. Mais elle ne se souvenait de rien et elle a regagné sa chambre.

Yves Allegro lui a ensuite écrit des SMS évoquant un comportement «pas gentleman». Ce n'est que par la suite que la présumée victime se serait souvenue de sa nuit: le Suisse l'aurait forcée à des actes sexuels. Elle s'est confiée, en pleurs, à d'autres membres de sa délégation en leur montrant ses blessures. Des échanges par WhatsApp montrent un aveu partiel des faits reprochés à l'entraîneur.

Le rapport médical sur l'état de la victime évoque de multiples lésions superficielles pouvant provenir de chocs avec des objets contondants, mais non de chutes dues à un état d'ébriété. Ces blessures correspondraient aux déclarations de la plaignante. En revanche, il n'y a pas eu de lésion interne des parties génitales. Et une trace de sperme, sur un slip, est liée à Yves Allegro.

Faits «intégralement contestés»

Le procès permettra au coach de donner sa version des faits. «Nous plaiderons l'acquittement»: telle est la position des avocats Pierre-Damien Eggly et Guillaume Grand, défenseurs du prévenu. «Yves Allegro conteste intégralement les faits. Il attend avec impatience et sérénité le procès», complète la défense.