Collecte en train

06 décembre 2010 07:00; Act: 06.12.2010 10:54 Print

Faux sourds, vrais arnaqueurs

par Joël Burri - Des personnes se faisant passer pour sourdes, afin de récolter de l'argent dans un train entre Fribourg et Neuchâtel ont été démasquées par une lectrice.

storybild

"Je t'aime" en langue des signes. (photo: DR)

Une faute?

«Au moyen de la langue des signes, j’ai indiqué à la personne qui récoltais des fonds que j’étais sourde également et j’ai essayé d’entamer une conversation. J’ai de suite réalisé qu’il ne comprenait rien et n’était pas sourd», raconte Hadja. La jeune fille est encore écœurée de la mésaventure qui lui est arrivée mardi en fin d'après-midi dans le train entre Fribourg et Neuchâtel.

Deux jeunes hommes et une femme se sont approchés. L'un d'eux a tendu une fiche à l'amie avec laquelle Hadja voyageait. «Il lui a simplement fait signe de lire le document. Cet individu par gestes désordonnées (ne correspondant pas à la langue des signes) lui a fait comprendre qu’il était sourd», explique Hadja. Mais c'est quand elle a vu le logo de la Fédération Suisse des sourds qu'elle s'est vraiment intéressée à cette collecte. Rapidement Hadja a compris qu'elle avait affaire à des imposteurs. Trop tard, son amie avait déjà fait un don. «Lorsque l'individu a remarqué que j’avais compris la supercherie, il a fait un signe à ses comparses et tous trois ont rapidement filé dans le wagon suivant», explique encore Hadja.


Des faux sourds de plus en plus violents

«Ces individus portent un grave préjudice à l’image de la Fédération suisse des sourds, qui est une organisation certifiée Zewo et également à celle de l’ensemble de la population sourde et malentendante», regrette la porte-parole de la FSS Eva Hammar Bouveret. La FSS s'est déjà plainte à plusieurs reprises. Elle invite la population à ne pas inverser un centime à ces malfrats. «Une collecte de la FSS ne se fait qu’au moyens de stands officiels, géré par des professionnels, qui s’expriment oralement. La FSS n’effectue jamais de récolte dans les trains ou dans les bus.

Ces individus sont sans exception toujours des arnaqueurs.» Mais ce qui inquiète le plus l'association c'est que la situation s'aggrave. Le nombre de telles fausses collectes seraient en augmentation et «il semblerait que ces individus font de plus en plus preuve d’agressivité», regrette Eva Hammar Bouveret.


«N'hésitez pas à demander une pièce d'identité»

«En Suisse, près de 80% des ménages ont fait des dons en 2005. C’est beaucoup. La propension à faire des dons attire toutefois aussi des esprits malveillants», reconnaît la Fondation Zewo qui a pour objectif d'assurer la transparence sur le marché des dons en Suisse. Pour éviter de se faire arnaquer par un faut collecteur de don, le ZEWO recommande de ne pas hésiter à demander à voir une pièce d'identité.

Un collecteur honnête doit également être en mesure de montrer une autorisation écrite des autorités s'il agit dans la rue ou du propriétaire des locaux dans lesquels il collecte de l'argent. Il devrait aussi pouvoir remettre des informations sur l'association pour laquelle il dit travailler, un rapport d'activité par exemple.

Enfin, «si une personne a fait un don et qu’elle constate par la suite qu’il s’agit d’une fraude, elle peut déposer une plainte», rappelle le ZEWO.