Jura

08 juillet 2014 16:21; Act: 08.07.2014 17:28 Print

Fermeture de l'unité psychiatrique

La psychiatrie jurassienne est en crise. L'Hôpital du Jura a annoncé mardi la fermeture immédiate de l'unité de soins psychiatriques aigus pour adultes à Delémont.

Une faute?

La psychiatrie jurassienne est en crise. L'Hôpital du Jura a annoncé mardi la fermeture immédiate de l'unité de soins psychiatriques aigus pour adultes à Delémont. Cette décision a été prise en raison de l'absence de conduite tant au niveau médical qu'infirmier.

L'unité hospitalière médico-psychologique (UHMP), qui compte 20 lits, sera entièrement fermée ces prochains jours. L'UHMP n'accepte plus aucune admission depuis ce mardi. L'ensemble des patients et des collaborateurs sont concernés par cette décision qui fait suite à une expertise signalant des dysfonctionnements.

L'UHMP sera elle fermée pour au moins six mois. Cette mesure vise à garantir dans l'immédiat une prise en charge correcte des patients. Il s'agira aussi de concrétiser une refonte de la psychiatrie qui pourrait passer par un regroupement sous un même toit de la psychiatrie et du domaine somatique au sein de l'H-JU.

Transferts à Neuchâtel et dans le Jura bernois

Tous les patients jurassiens actuellement hospitalisés seront transférés à partir de mercredi sur d'autres sites. Des solutions de prise en charge seront trouvées avec les Services psychiatriques Jura bernois-Bienne-Seeland (SPJBB) et le Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP), a assuré la direction de l'Hôpital du Jura (H-JU).

Des contacts ont également été pris avec d'autres cantons romands pour la prise en charge des malades. Cette fermeture de 20 lits de psychiatrie au niveau jurassien intervient alors que la situation est tendue sur le plan romand. Des solutions devront aussi être trouvées pour la vingtaine de collaborateurs. Un plan social sera négocié avec les partenaires syndicaux.

Audit externe

La direction de l'H-JU avait confié à deux spécialistes externes la tâche d'examiner la situation de cette unité psychiatrique. Leur rapport relève que les objectifs fixés après une expertise menée en 2009 n'ont pas été atteints.

Les prestations ont peu évolué depuis que les premiers problèmes ont été soulevés. La situation actuelle a donné lieu à des critiques de la part des patients, de leurs familles et des professionnels de la santé.

(ats)