Fribourg

02 juillet 2019 06:00; Act: 01.07.2019 22:21 Print

Bras de fer entre un ponte de l’immobilier et Migros

par Xavier Fernandez - Enrichissement illégitime, conflit d’intérêts, atteinte à l’honneur: entre l’avocat et promoteur Damien Piller et le géant orange, rien ne va plus.

storybild

À Belfaux, Damien Piller a confié des travaux du chantier de la Migros à une société dont il était actionnaire. (Photo: Google Street View)

Sur ce sujet
Une faute?

Il est dans tous les médias – et en possède aussi: à 61 ans, Damien Piller règne sur l’économie fribourgeoise depuis des lustres. Avocat, poids lourd de l’immobilier romand, actionnaire de nombreuses entreprises ou encore patron de La Télé Vaud-Fribourg et de Radio Fribourg, cet ancien député au Grand Conseil et vice-syndic de Villars-sur-Glâne porte tant de casquettes qu’il est impossible de toutes les énumérer.

L’une d’elles lui vaut une passe d’armes avec la puissante Fédération des coopératives Migros (FCM). Car le Fribourgeois est aussi, depuis 1996, l’inoxydable président du conseil d’administration de la coopérative Migros Neuchâtel-­Fribourg.

Au coeur du différend se trouvent les magasins de Belfaux et de La Roche, ouverts en 2014 et 2015. Selon un rapport d’experts du célèbre cabinet d’avocats Baker McKenzie que «20 minutes» a pu consulter, la centrale de Zurich reproche au patron de son antenne fribourgeoise un conflit d’intérêts manifeste: Damien Piller a confié pour plus de 3 millions de francs de travaux d’aménagement à deux entreprises. Il était actionnaire de la première, Anura, au moment du chantier. Il est devenu propriétaire de la seconde, Constructor, après la fin des travaux. De plus, deux factures de 864'000 francs chacune sont contestées. Elles n’auraient aucune justification et constitueraient un enrichissement illégitime.

Contre-expertise et plainte

Damien Piller nie en bloc: «Dans les deux cas, je me suis récusé lorsque les décisions ont été prises», assure l’avocat, qui dit être en mesure de justifier les montants litigieux. Mais il a refusé d’en fournir le détail au cabinet d’avocats mandaté par Zurich, le jugeant peu professionnel. Dans la foulée, il a exigé une contre-expertise.

Le Fribourgeois entend défendre son honneur et sa bonne foi. Il a obtenu du Tribunal de la Sarine une ordonnance interdisant aux collaborateurs de Migros de parler des dossiers de Belfaux et de La Roche, raison pour laquelle «20 minutes» n’a pas pu obtenir de réaction du géant orange. De plus, après notre appel, Damien Piller a déposé une plainte pénale pour atteinte à l’honneur contre inconnu, considérant que la divulgation du rapport d’experts est une fuite qui contrevient aux mesures provisionnelles à l’encontre de Migros.

Litige sur fond de guerre des pouvoirs

La longévité du président de la coopérative Neuchâtel-Fribourg fait grincer des dents: Damien Piller occupe ce poste depuis vingt-trois ans, largement au-delà des recommandations internes de la FCM. Il connaît personnellement le nouveau chef opérationnel du géant orange, Fabrice Zumbrunnen, qui a fait ses classes à Migros Neuchâtel-Fribourg. Enfin, Damien Piller aurait joué un rôle clé dans l’élection d’Ursula Nold à la présidence de la FCM. Une nomination surprise contraire aux préférences du comité d’évaluation.