Communales NE

13 mai 2012 14:43; Act: 13.05.2012 20:33 Print

Hainard élu au législatif de La Chaux-de-Fonds

A La Chaux-de-Fonds, l'ancien conseiller d'Etat Frédéric Hainard a réussi son retour en politique, 20 mois après sa démission.

Une faute?

La gauche a conservé dimanche la majorité à Neuchâtel, au Locle et à La Chaux-de-Fonds lors des élections communales. Ce scrutin a été marqué par une forte progression des Verts et un recul de l'UDC. Frédéric Hainard est élu au parlement de La Chaux-de-Fonds.

L'ancien conseiller d'Etat Frédéric Hainard a réussi son retour en politique, 20 mois après sa démission du gouvernement. Créé par le transfuge du PLR, le Nouveau Parti libéral a gagné deux sièges au sein du législatif au détriment de l'UDC avec laquelle il avait conclu un apparentement.

«Petite revanche»

«C'est une petite revanche sur ce que j'ai vécu au cours de ces 24 derniers mois», a déclaré à l'ats l'ancien conseiller d'Etat PLR. «On m'a décrié comme le plus grand pestiféré et je fais un score honorable». M. Hainard estime que les gens ont fait la différence entre le politicien et la personne décrite par la presse.

Surprise dans la ville voisine du Locle, où le POP a perdu un siège au Conseil communal et n'a pas réussi à conserver la majorité qu'il détenait depuis 2004. C'est le PLR qui a gagné un siège au sein de l'exécutif ainsi que les Verts qui se sont emparés du siège laissé vacant par le PS qui ne présentait pas de liste.

La commune des Montagnes neuchâteloises reste à gauche avec deux popistes, deux PLR et un Vert. Le Locle cultivait jusqu'à dimanche la particularité d'être la seule ville de Suisse gouvernée par une majorité popiste. Le législatif reste aussi à gauche.

Victoire des Verts

Les Verts font également leur entrée à l'exécutif de l'autre ville des Montagnes neuchâteloises, La Chaux-de-Fonds. Ils y ont ravi un siège au Parti socialiste qui n'est pas parvenu à faire réélire sa candidate sortante Annie Clerc. Les quatre autres sortants ont été réélus.

Le rapport de force reste inchangé avec un majorité de gauche. Le Conseil communal se compose désormais du socialiste Laurent Kurth, du popiste Jean-Pierre Veya, du PLR Pierre-André Monnard, de la Verte Nathalie Schallenberger et de l'UDC Jean-Charles Legrix.

Statu quo à Neuchâtel

A Neuchâtel, les quatre conseillers communaux en lice ont tous été réélus. Le siège laissé vacant par la socialiste Françoise Jeanneret, qui ne se représentait pas, reste en mains socialistes avec Thomas Facchinetti, délégué aux étrangers du canton de Neuchâtel.

Le Conseil communal du chef-lieu cantonal compte deux socialistes, Olivier Arni et Thomas Facchinetti, deux libéraux- radicaux, Alain Ribaux et Pascal Sandoz, ainsi que la Verte Christine Gaillard.

Revers de l'UDC

L'UDC a subi un sérieux revers en étant éjectée du législatif de la Ville de Neuchâtel, où elle n'a pas obtenu le quorum électoral. Il y a quatre ans, l'UDC avait réussi à faire élire six représentants au parlement.

Ce parti a également enregistré un revers à Corcelles- Cormondrèche où il a perdu son seul représentant au sein de l'exécutif au profit de l'alliance POP-Verts. L'UDC a également été éjectée du Conseil général où elle avait cinq élus.

Dans la commune de Val-de-Travers, la droite conserve à un élu près la majorité au parlement. Pressenti par certains pour se lancer dans la course à la succession du conseiller d'Etat Jean Studer, Jean-Nathanaël Karakash a été le mieux élus chez les socialistes.

Nouveaux partis

Pour sa première apparition, le Parti bourgeois-démocratique (PBD) est parvenu à placer des élus à Peseux et à Cortaillod mais il a échoué au législatif de la Ville de Neuchâtel. Le Mouvement citoyens neuchâtelois a aussi échoué à Neuchâtel.

Des élections ont eu lieu dans les 37 communes du canton pour les Conseils généraux et dans sept pour les Conseil communaux. C'est le législatif élu dimanche qui désignera la composition de l'exécutif dans plusieurs communes.

(ats)