Suisse romande

16 octobre 2018 20:58; Act: 16.10.2018 21:21 Print

Il n'y a pas que les vaches qui risquent d'avoir soif

par Xavier Fernandez - Plusieurs communes romandes exigent de leurs citoyens qu'ils économisent l'eau potable. Ce qui est exceptionnel en cette période de l'année.

storybild

A Châtel-St-Denis (FR), les fontaines publiques ont été fermées. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

La sécheresse n'épargne personne. Si, cet été, afin d'abreuver les bovidés, différents alpages ont été ravitaillés en eau par des hélicoptères de l'armée, cet automne ce sont les habitants de plusieurs communes romandes qui doivent limiter leur consommation. A Châtel-Saint-Denis (FR), Villorsonnens (FR), Puidoux (VD) ou encore Crans-Montana (VS), les autorités enjoignent leurs citoyens à faire un effort pour économiser leurs ressources en or bleu.

Ainsi, elles recommandent notamment de ne pas arroser les pelouses, de ne pas laver les voitures, de préférer les douches aux bains et de ne pas remplir les piscines. A Châtel-Saint-Denis, les robinets des fontaines publiques ont également été fermés. Si de telles restrictions ne sont pas exceptionnelles en soi, c'est le fait qu'elles arrivent aussi tôt qui est étonnant.

Les années difficiles, le manque d'eau se fait sentir vers le mois de février, puisque les précipitations tombées sous forme de neige n'ont pas encore fondu. La grande crainte est donc désormais liée à la sécheresse, mais aussi à la saison. «Il faudrait vraiment qu'il pleuve avant que les sols gèlent. Si ce n'est pas le cas, nos sources souterraines, qui sont déjà en train de se tarir, ne pourront pas se remplir avant le printemps prochain», déplore Damien Colliard, syndic du chef-lieu de la Veveyse.

La marge se réduit

Ce dernier se veut toutefois rassurant. «Pour l'heure, la situation n'est pas alarmante. La production demeure plus élevée que la consommation. Mais la marge entre les deux s'est considérablement réduite et nous ne possédons pas de réservoirs qui nous permettraient de stocker de grandes quantités d'eau potable», explique Damien Colliard.

La diminution de cette fameuse marge est surtout préoccupante en cas d'incendie. Dans ce genre de situations, les soldats du feu ont besoin d'importants débits, ce qui peut engendrer des coupures inopinées de plusieurs heures dans certains quartiers. Cela avait d'ailleurs été le cas à Châtel-Saint-Denis lors de l'hiver 2016-2017.

Pas de vision d'ensemble

Dans l'éventualité où les sources locales ne parviendraient plus à couvrir les besoins en eau, il existe néanmoins une solution: faire appel aux voisins. «Les différents réseaux de distribution du canton possèdent tous des interconnections. Ainsi, il existe toujours la possibilité d'acheter de l'eau provenant des réseaux alentours. Mais cela a un coût et il se pourrait que ces derniers soient aussi en difficulté», commente Samuel Russier, secrétaire général de la Direction des institutions, de l'agriculture et des forêts du canton de Fribourg.

Et cela soulève un autre problème: il n'existe aucun fichier centralisé des pénuries que rencontrent les différents réseaux romands. Ainsi, personne ne peut avoir une véritable vue d'ensemble. «La gestion de la distribution d'eau est une prérogative communale. En cas de crise, les services cantonaux peuvent être informés, mais il n'y a pas d'obligation. Ce problème a d'ailleurs été relevé cet été par le groupe de travail mis en place dans le cadre de la sécheresse. Mais nous planchons actuellement sur une modification des règlements, afin de mieux maîtriser les risques à l'échelle du canton», poursuit Samuel Russier.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ricard sec le 16.10.2018 21:57 Report dénoncer ce commentaire

    De l'eau secours....

    Hahaha ha..... Crans-Montana..... Laissez moi rire, dans 2 semaines Vitek commence a canonner et va dilapider des centaines de millier d'hectolitres d'eau. Pathétique....

  • Titou le 16.10.2018 22:44 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu de bon sens

    Et il y en qui rêve dune Suisse à 10 milions dhabitants !

  • Riquet le 16.10.2018 21:45 Report dénoncer ce commentaire

    ça devient inquiétant

    C'est le moment de s'en rendre compte. C'est bien joli le soleil....la chaleur. .....les beaux jours.....mais quand il y aura plus d'eau au robinet .Sans compter ce qui nous attend l'année prochaine avec les cultures qui sont entrain de crever . On a pas fini les surprises.

Les derniers commentaires

  • Tata jojo le 17.10.2018 23:18 Report dénoncer ce commentaire

    Économiser l'eau

    Pourquoi laisser les fontaines publics continuer de couler dans beaucoup de localités ? En ce moment c'est du gaspillage !

  • Liberland le 17.10.2018 14:01 Report dénoncer ce commentaire

    What a profitable day

    tant mieux pour les métairies et autres chalets d alpage s ils gagnent bien ils peuvent tout payer voir investir, ceux qui ont du temps libre devraient prendre d assault ces coins idyliques ouvert jusqu a fin octobre ou toute l année pour certains surtout en Suisse alémanique il fait beau on ouvre

  • Autour du feu le 17.10.2018 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Tous pour la danse de la pluie

    Il y a une solution pour faire venir l'eau. Faut la trouver dans la culture des Indiens d'Amérique. En plus c'est facile... un feu, un tomahawk et quelques chants bien envoyés et on tourne et on tourne et on retourne les nuages comme l'on tord des serviettes en torchons.

  • Qterreux le 17.10.2018 13:54 Report dénoncer ce commentaire

    Meumeu

    Ah la vache!

  • Un jeune le 17.10.2018 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Rappel

    Oui, on manque de pluie en ce mois, mais les alarmistes-écobobo semblent oublier les précipitations records vécuent en ce début d'année (plusieurs ascenseurs de Lausanne s'en souviennent encore...).

    • Jeanne Calmant le 17.10.2018 13:46 Report dénoncer ce commentaire

      Oui, t'es trop jeune pour comprendre

      Et ? J'espère que tu as rempli tes 25 bidons de cette eau lausannoise pour tes douches de cet hiver ?!? Oui, tu es certainement bien trop jeune pour comprendre les futurs enjeux de ce dérèglement climatique ! La sécheresse particulière de cette année aura vraisemblablement des impacts sur les prochaines cultures ! Bah ! Tu t'en fous : tu bouffes sud-africain et que des surgelés, n'est-ce pas ?

    • Pierre Roche le 17.10.2018 16:10 Report dénoncer ce commentaire

      @Un jeune

      Probablment trop jeune pour savoir que des pluies torrentielles sur un court laps de temps ne peuvent pas être captées par les sols et remplir les nappes phréatiques... D'où péunire d'eau (on a pas tous accès à un lac). On t'en voudra pas sur ce coup là le djeunz...