Valais

11 juin 2013 10:31; Act: 11.06.2013 12:00 Print

Il scie les barrières d'un passage à niveau

Visiblement agacé d'être bloqué à un passage à niveau entre Troistorrents et Val-d'Illiez, un conducteur s'est attaqué aux barrières à l'aide d'une scie à métaux.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«J'habite tout près de ce passage à niveau et j'y passe tous les jours. Les barrières restent souvent bloquées après le passage du train. Il faut appeler la centrale pour qu'ils rétablissent la situation, ce qui prend entre dix et vingt minutes. Ça m'est déjà arrivé plein de fois», raconte un lecteur. Selon lui, un conducteur sans doute pressé a craqué, lundi en fin de journée, lorsqu'il s'est retrouvé devant les barrières immobilisées de l'arrêt Fayot sur le passage du train Aigle–Ollon–Monthey–Champéry (AOMC). «L'une de mes connaissances se trouvait juste derrière cette personne. Apparemment, elle est sortie de sa voiture, a pris une scie à métaux dans son coffre et s'est attaquée aux deux barrières», poursuit notre lecteur.

La police cantonale confirme l'incident et déplore une attitude irresponsable: «Cela crée un danger tant pour les automobilistes que pour les passagers du train. S'il y a un passage à niveau, c'est qu'il est nécessaire en termes de sécurité», martèle Jean-Marie Bornet, son porte-parole. Chargés de la gestion de la ligne, les Transports publics du Chablais (TPC) concèdent que cela pose problème. «Mais des mesures ont été prises immédiatement, rassure le directeur Claude Oreiller. Les trains marchent à vue depuis lundi soir sur ce tronçon.»

La société chargée du système électronique qui commande les barrières est à pied d'oeuvre, ce mardi, afin d'installer de nouvelles infrastructures et de réparer le système. Les TPC reconnaissent qu'il existe une défaillance technique qui dure depuis plusieurs mois: «Les capteurs censés débloquer les barrières après le passage du train fonctionnent mal, explique Claude Oreiller. Ce qui peut en effet conduire à un certain agacement.»

Une plainte sera déposée contre inconnu pour acte de vandalisme.

(cge/frb)