Valais

13 novembre 2019 09:50; Act: 13.11.2019 11:21 Print

Interdiction de nouveau bafouée à Riddes

C'est déjà au moins la deuxième fois que des engins de l'armée sont repérés sur le pont, alors que le trafic lourd n'y est plus autorisé depuis cet été.

storybild

Ces engins militaires, trop lourds, n'auraient pas dû se trouver là. (Photo: lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

Fragilisé, le viaduc de Riddes (VS) ne peut plus être emprunté par des véhicules de plus de 3,5 tonnes depuis juillet. Mais, après une «erreur de lecture de carte», un convoi militaire s’y était déjà aventuré le 7 octobre dernier. Et lundi, vers 16h30, rebelote: trois engins de l’armée, dont deux Mowag Eagle pesant près de 6 tonnes, ont à nouveau bafoué l’interdiction. La police cantonale valaisanne a dit vouloir enquêter, tandis que le porte-parole de l’armée a indiqué que «les chauffeurs responsables ont été identifiés. Le commandant de bataillon a ouvert une procédure disciplinaire contre eux.»

Pour ce qui est des raisons qui les ont poussés à braver l'interdit, le porte-parole explique que: «Les trois véhicules faisaient partie d'un détachement se déplaçant de Bière (VD) vers Viège (VS), en passant par les autoroutes A1 et A9. À la hauteur d'Aigle, des problèmes techniques survenus sur les deux Eagles les ont obligés à réduire la vitesse à 60km/h. Le chef du détachement a alors pris la décision de modifier l'itinéraire prévu. La nouvelle route comprenait le viaduc de Riddes. Malgré trois panneaux de signalisation, le chef de détachement ne se serait rendu compte de l'infraction qu'après le dernier panneau et n'aurait plus eu la possibilité de faire demi-tour.»

Quant à la première affaire, il commente que: «les sanctions disciplinaires (amende jusqu’à 500 francs, arrêt jusqu’à dix jours) sont de la compétence du commandant et ne sont pas communiquées».

(20 minutes)