23 octobre 2007 22:30; Act: 23.10.2007 22:27 Print

L’UDC Oskar Freysinger aurait-il retourné sa veste?

VALAIS. Le conseiller national a participé à un débat télévisé en arborant un badge des Moutons de garde.

Une faute?

C’est d’abord son aphonie qui a surpris. Oskar Freysinger s’est présenté presque sans voix lundi soir sur la TSR pour débattre avec le démocrate-chrétien Christophe Darbellay. Le week-end électoral a laissé des traces dans la gorge du professeur volubile de Savièse. Heureusement, la joute discursive n’avait pas vocation à durer. Mais elle a laissé le temps aux téléspectateurs avisés de remarquer un mouton rouge en évidence sur la veste de l’UDC. Ces pin’s sont l’œuvre du mouvement non partisan des Moutons de garde, créé en réaction aux affiches de l’UDC. Oskar Freysinger aurait-il passé à l’ennemi? «Pas du tout, répond-t-il. On me l’a envoyé par la poste et j’ai décidé de le mettre pour montrer que moi aussi je suis pour la diversité. Mais bon, je ne vais pas tout de même pas signer leur déclaration. De toute façon, ces gens ne s’inquiètaient pas tellement des moutons blancs lorsque qu’ils nous ont jeté des pavés dessus à Berne.» Oskar Freysinger semble mélanger les moutons. Il confond ici l’action non-violente des Moutons de garde et le collectif du Mouton noir, à l’origine de la manifestation. «Nous nous désolidarisons du geste d’Oskar Freysinger, annonce l’animatrice des Moutons de darde, Carole Wyser. A moins qu’il ne revienne notamment sur son opposition à la loi sur le racisme. Cela va à l’encontre de nos objectifs et des valeurs de notre mouvement.» Presque 30 000 personnes ont signé la déclaration pour un discours politique sans haine et sans xénophobie.


Nando Luginbuhl