Fribourg

12 juillet 2016 21:39; Act: 19.07.2016 21:22 Print

L’apprenti éducateur viole une trisomique «pour rire»

par Christian Humbert - A peine engagé dans une résidence, un jeune a abusé d’une handicapée et a incité un résident à faire de même. Il a été condamné.

storybild

(Photo: Keystone)

Une faute?

Spécialisée dans les affaires de mœurs, la procureure Yvonne Gendre en a vu d’autres. Mais face au prévenu de 20 ans jugé la semaine dernière à Fribourg, elle n’a pu que s’étrangler d’horreur.
Apprenti éducateur alors âgé de 18 ans, Marc* venait de sortir du foyer dans lequel il avait été placé lorsqu’il a été engagé par une résidence, en 2013.

Lors de la soirée du personnel, il s’est enivré, a enfermé le surveillant de nuit et a pénétré dans la chambre d’une résidente trisomique. Leur relation était ambiguë. «C’est elle qui m’a accueilli pour mon premier jour, raconte-t-il. J’étais attaché à elle mais elle était très tactile. Cela me mettait mal à l’aise.»

Ce soir-là, l’éducateur s’est glissé dans son lit pour la violer avant de déféquer dans ses draps. Il a ensuite emmené sa victime auprès d’un vieil handicapé, qu’il a incité à lui introduire un godemiché dans l’anus. Le lendemain, les déjections dans le lit de la patiente ont alerté le personnel. Pincé, Marc a avoué. Il a été viré illico, mais en rigole: «Ce n’est pas tous les jours qu’on voit ça», s’est-il exclamé. Les dégâts, eux, sont considérables chez la victime, dont l’âge mental est de 6 ans.

Les excuses de l’apprenti sont rodées, lui qui accumule les tuiles depuis des années. «J’ai été abandonné dans la rue puis adopté, s’est-il justifié. Je suis un humain et j’ai un cœur. J’aime aider les autres. Je ne savais pas si elle était consentante. J’ai merdé à cause de l’alcool. Je regrette.»

Le risque de récidive est élevé, a estimé la procureure. La Cour a condamné le jeune à 30 mois de prison, dont 8 mois ferme, assortis d’une interdiction de travailler avec des enfants ou des personnes dépendantes.