Bassecourt (JU)

19 juillet 2019 21:32; Act: 19.07.2019 21:32 Print

L'incertitude demeure une année après l'incendie

Les montants promis par les assurances ne sont pas suffisants pour reconstruire la tribune et les vestiaires.

Sur ce sujet
Une faute?

Jeudi, la tribune du stade de Bois-Gentil, à Lausanne, est partie en fumée. Mais, il y a une année presque jour pour jour, c'était celle du stade des Grands-Prés, à Bassecourt (JU) qui connaissait le même sort. A l'époque, un jeune étudiant, trop heureux de finir son année scolaire, avait décidé de mettre le feu à ses cahiers et, au final, ce sont les installations du FC Bassecourt qui s'étaient embrasées.

Si, dans le cas du stade lausannois, il est difficile d'imaginer une reconstruction, le terrain de foot étant appelé à disparaître pour laisser place à des immeubles, à Bassecourt la situation est à l'extrême opposé. On souhaite clairement refaire la tribune et les vestiaires qui se cachaient dessous. «C'est important pour une équipe de 1re ligue, comme Bassecourt, d'avoir des installations performantes», estime Géraldine Beuchat, conseillère communale chargée des sports.

Les joueurs dans des containers

Néanmoins, la question du financement de la nouvelle tribune reste ouverte à ce jour. «Durant de longs mois, il y a eu des enquêtes et des tractations avec les assurances. Mais ces dernières ne verseront que l'équivalent de la valeur des installations au moment de leur destruction. Autrement dit, le montant ne permet pas de tout refaire à neuf. C'est clairement un problème pour le club», poursuit l'élue.

Durant toute la saison 2018-2019, la commune a mis à la disposition des joueurs des containers faisant office de vestiaires. Loin d'être idéale, cette solution provisoire devrait donc être reconduite jusqu'à ce que cette problématique financière soit résolue.

(xfz)