Sion

04 avril 2019 13:12; Act: 04.04.2019 18:18 Print

Le verdict qui redonne le sourire à la «meute»

par Christian Humbert - Jeudi, le Tribunal de Monthey, siégeant à Sion, a condamné avec sursis la majorité des dix accusés qui ont violemment agressé un homme.

storybild

Le corps de la victime avait été tailladé par les accusés. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Le tribunal de Monthey (VS) a condamné avec sursis la majorité des dix voyous qui avaient «massacré» un homme en avril 2017.

La peine la plus lourde a été infligée à un Kosovar de 21 ans: 4 ans de prison et 8 ans d'expulsion de Suisse. Il a été reconnu coupable de lésions corporelles simples et d'escroquerie notamment. L'un de ses complices a écopé de 3 ans, 5 mois et 20 jours de prison.

Indemnité de 20'000 fr pour un accusé acquitté

Un des accusés s'est vu infliger une peine de 3 ans avec un sursis partiel. Les peines ont été moins lourdes pour les autres accusés de cette bande composée de Portugais, de Kosovars et de Suisses: entre douze mois et deux ans, avec un sursis de quatre ans. Un prévenu a même été acquitté. Il va recevoir une indemnité de 20'000 mille francs pour le temps passé indûment en prison.

Sur l'ensemble des prévenus, trois étaient en détention avant jugement depuis leur arrestation en mai 2017. Ce gang terrorisait le Chablais au point que personne n'osait déposer plainte ou témoigner. Fin avril 2017, les malfaiteurs ont frappé à coups de couteau et de tessons de bouteille un paysagiste suisse bâti comme une armoire à glace. Trois armes blanches ont été utilisées. C'est sans doute sa constitution robuste qui a sauvé la victime. L'homme n'a passé qu'un jour à l'hôpital, le temps de recoller son corps découpé de toutes parts.

La procureure Emmanuelle Raboud avait axé son réquisitoire sur la tentative de meurtre et requis des peines de 5, 6 et 7 ans de prison contre les dix jeunes hommes, âgés de 21 à 31 ans. Elle n'a pas vraiment été suivie par le Tribunal. Celui-ci a retenu la rixe et les lésions corporelles simples, avec une arme pour certains.

Plaignant condamné aussi

Les dix avocats des prévenus ont cherché à démontrer que le plaignant n'était pas une blanche colombe. «Son casier judiciaire est imposant. C'est lui qui a donné le premier coup. C'est pour soutenir leurs copains pris sous ses coups que les autres accusés se sont précipités sur lui», ont-ils plaidé. La défense a été entendue par la Cour: la tentative de meurtre a été écartée et la victime a également été condamnée. Le paysagiste a écopé de 10 mois de prison avec sursis pour rixe et lésions corporelles simples.

La question de la qualification juridique a été au centre des débats. L'avocate du principal accusé a même demandé l'acquittement pur et simple de son client et réclamé une indemnité de 139'000 francs pour les années passées en détention.

A la lecture du verdict, les prévenus qui ont échappé à la prison étaient soulagés et souriants. Certains se sont fait la bise. Leurs amis, présents dans le public, ont également affiché leur joie.

Les importants frais de justice de cette affaire ont été mis pour moitié environ à la charge des condamnés, y compris la victime, le solde étant pris en charge par l'Etat du Valais.