Décharge de Bonfol

09 février 2011 12:59; Act: 09.02.2011 13:07 Print

La chimie bâloise renforce la sécurité

La chimie bâloise (bci) renforce la sécurité sur le site de la décharge toxique de Bonfol (JU) après l'explosion du 7 juillet.

storybild

La décharge de Bonfol (JU) a été victime d'une explosion. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les travaux d'excavation à l'arrêt depuis plus de sept mois devraient reprendre au début du mois d'avril.

«Le but reste d'assainir définitivement la décharge industrielle de Bonfol en protégeant l'homme et l'environnement», a souligné mercredi Michael Fischer, le directeur de la bci. Le coût des nouvelles mesures préventives et de protection s'élève à plusieurs millions, a indiqué M. Fischer sans donner de chiffres plus précis.

Des analyses chimiques supplémentaires pour détecter la présence de chlorates, substance à l'origine de l'explosion du 7 juillet, doivent réduire le risque d'une nouvelle déflagration. Mais comme le risque d'une nouvelle explosion ne peut être exclu, le processus d'excavation des déchets dans la halle hermétique sera automatisé.

Verdict des autorités

Le canton du Jura devra encore valider ces mesures avant une reprises des travaux. Le chef de l'Office de l'environnement Jacques Gerber a relevé que le canton ne transigera pas sur la sécurité. La bci, société regroupant les entreprises chimiques bâloises engagées l'assainissement, attend le feu vert des autorités jurassiennes pour la fin du mois de mars.

Plus de 114'000 tonnes de déchets chimiques ont été entreposées entre 1961 et 1976 dans cette décharge près du village de Bonfol, à quelques kilomètres de la frontière françaises. Personne ne connaît le contenu précis du contenu des fûts enfouis.

(ats)