Fusillade sur l'A1

11 mai 2012 17:46; Act: 11.05.2012 18:53 Print

La majorité des émeutiers est acquittée

Sept des onze manifestants qui avait causé une émeute, lors d'une manifestation de soutien aux jeunes Français incarcérés après la fusillade survenue sur l'A1, ont été acquittés par la justice.

storybild

La manifestation avait dégénéré. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Sept des onze manifestants poursuivis pour émeute pour avoir participé à un rassemblement ayant dégénéré le 12 juin 2010 à Fribourg ont été acquittés vendredi. Parmi les quatre autres reconnus coupables, un écope de 60 jours-amende sans sursis, deux autres de 40 jours-amende avec sursis et un est exempté de peine.

C'est dans le calme, salué par le juge de police de la Sarine Alain Gautschi, que les onze jugements ont été lus vendredi et brièvement motivés. L'avocat de la seule femme condamnée a, au cours même de l'audience, annoncé qu'il ferait recours.

Pronostic défavorable

L'accusé le plus lourdement condamné est un Fribourgeois de 23 ans. Selon le juge, il ne s'est à aucun moment désolidarisé de la manifestation. Il y a participé du début à la fin, contrairement à ses déclarations «à constance variable», mais comme les photos et vidéos prises sur les lieux l'attestent.

Il est le seul à écoper d'une peine ferme. A ses 60 jours-amende vient s'ajouter la révocation d'un sursis d'une peine prononcée à Berne pour des motifs comparables. «Le pronostic est défavorable quant à sa capactié d'amendement», a dit le juge.

Les deux autres accusés écopant de jours-amende ont également suivi tout du long la manifestation. Ils ont par ailleurs fait preuve d'une collaboration médiocre, voire détestable, au cours de la procédure.

Un manifestant expérimenté

Le plus âgé de l'équipe, un Bernois de 42 ans, est reconnu coupable. Mais les photos, dont une publiée dans la presse, montrent clairement qu'il s'est désolidarisé de la manifestation lorsque les choses ont sérieusement dégénéré et a quitté les lieux par un autre itinéraire que le gros de la troupe.

Les personnes acquittées sont pour trois d'entre elles des membres du service d'ordre de la manifestation. Deux autres ont de manière crédible expliqué qu'elles avaient quitté la manifestation dès les premiers signes avant-coureurs de dérapage et avant d'arriver à la prison centrale. Un est acquitté au bénéfice du doute.

Enfin cerise sur le gâteau, un étudiant genevois est acquitté car il a pu de manière crédible montrer qu'il n'était pas sur les lieux. Il a été poursuivi, car preuve ADN à l'appui, un de ses gants s'est retrouvé à Fribourg. Le jeune homme avait participé à un atelier de réparation de vélos à Genève au cours duquel il avait mis à disposition du matériel divers.

Indemnités et dédommagement

Il est celui qui reçoit l'indemnité la plus importante, soit 2500 francs au total pour ses dépenses de procédure et 200 francs de dédommagement économique et moral. Les autres reçoivent quasi tous environ 1000 francs pour leurs dépenses et 200 francs de dédommagement.

Aucun des manifestants ayant comparu vendredi n'a commis d'actes violents. Mais la disposition condamnant l'émeute prévoit explicitement que le seul fait de participer à un attroupement violent suffit pour remplir les conditions de punissabilité.

Manifestation autorisée

Pour mémoire, un rassemblement du comité «Justice pour tous - contre les violences policières» avait eu lieu à Fribourg en signe de soutien à deux Français incarcérés. Ces deux jeunes étaient impliqués dans un vol de voitures ayant provoqué une course- poursuite avec la police sur l'A1. Au cours de celle-ci, le frère jumeau d'un des incarcérés avait été mortellement atteint par le tir d'un gendarme vaudois.

Commencée pacifiquement, la manifestation avait réuni une centaine de personnes. Elle avait dégénéré devant la prison centrale, en basse-ville de Fribourg.

Une centaine d'engins avaient été tirés par les manifestants, dont des fumigènes classiques et des fusées de détresse utilisées dans la navigation. Les forces de l'ordre avaient riposté avec des balles en caoutchouc. Plus d'une quarantaine de manifestants avaient été interpellés. Près d'une centaine de policiers avaient été engagés.

(ats)