Le Locle (NE)

28 août 2018 17:54; Act: 28.08.2018 17:59 Print

La police cueille le pasteur lors du culte du dimanche

par Yannick Weber - Deux gendarmes se sont rendus dans une église évangélique en pleine célébration pour procéder à l'audition du pasteur, qui avait hébergé un réfugié. Les versions divergent.

storybild

Le pasteur devait être auditionné pour avoir aidé un réfugié en situation de détresse. (Photo: DR/Google)

Sur ce sujet
Une faute?

La scène, inhabituelle, n’a pas manqué de faire réagir de nombreux fidèles évangéliques. Lors d’un culte du dimanche matin, mi-février au Locle (NE), deux gendarmes sont entrés dans les locaux, en plein culte. «Ils ont demandé au pasteur de les suivre avant la fin de la célébration. Il a dû s’en remettre à un autre responsable pour terminer le culte», affirme, sur son site, la Fédération romande d’églises évangéliques, relayé par Arcinfo. Plusieurs fidèles auraient ensuite dénoncé cette «arrestation».

La police neuchâteloise, quant à elle, dément vigoureusement cette version. «Nous n'avons en aucun cas interrompu le culte. Deux agents sont entrés dans les locaux. Ils ont attendu une quinzaine de minutes que le pasteur se libère. Il les a ensuite suivis avec son propre véhicule, a été auditionné pendant vingt minutes, et est ensuite parti librement», indique Georges Lozouet, porte-parole de la police cantonale, pour qui le terme «arrestation» est totalement inadéquat.

Norbert Valley, le pasteur, devait être entendu après avoir hébergé et assisté un réfugié togolais débouté en situation de détresse. Il vient d’être condamné par ordonnance pénale à des jours-amende avec sursis, en vertu de la Loi sur les étrangers.

Si l'intrusion de la police lors de son culte n'est «pas très confortable et grotesque», selon lui, elle ne doit pas cacher le fond de la cause. «Cet article de loi est inique. Il viole l'esprit humanitaire de la Suisse et ma liberté de conscience, dénonce-t-il. Le délit de solidarité vient d'être aboli en France. La Suisse devrait lui emboîter le pas.» Il a annoncé avoir fait recours contre la décision du Ministère public.