Pollution

12 décembre 2019 09:02; Act: 12.12.2019 15:26 Print

Débats sereins autour du mercure en Valais

Le Grand Conseil valaisan a débattu ce jeudi sereinement sur le rapport Cogest concernant la pollution au mercure.

storybild

Le rapport de la Cogest sur la pollution au mercure va animer les débats au Grand Conseil valaisan. (Photo: Keystone/archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Les débats autour du rapport sur la pollution au mercure ont été nourris mais sereins jeudi au Grand Conseil valaisan. Les députés ont salué le travail mené par la Commission de gestion. Jacques Melly a exclu toute démission.

L'ambiance et les prises de paroles en plénum ont contrasté avec la polémique et les attaques lancées ces derniers jours contre le conseiller d'Etat Jacques Melly (PDC). Les députés au Grand Conseil ont d'abord salué le volet historique du rapport de la Commission de gestion (Cogest) qui montre notamment que le Conseil d'Etat avait connaissance de la pollution depuis plus de 40 ans.

La Cogest distingue toutefois deux périodes: une première durant laquelle «l'utilisation du mercure, et implicitement, l'existence de ses résidus étaient connues» et une seconde «à partir de laquelle le mercure est perçu comme une source de pollution».

Années charnières

Le terme mercure apparaît pour la première fois en 1922, évoquant l'analyse d'un échantillon provenant du lavage des boues de mercure. Puis, les différents rapports qui se succèdent «semblent confirmer que le produit n'est pas considéré comme un polluant», note la Cogest.

Une autre année charnière est 1993. Cette année-là la pollution des sols au mercure est formellement identifiée dans un rapport d'étude d'impact de l'autoroute. Mais il faudra attendre 2011 pour que les services de l'Etat prennent conscience «de l'amplitude des pollutions lors du chantier de l'A9».

La Cogest se refuse «à spéculer sur les éventuelles raisons» qui ont poussé les gouvernements successifs à ne pas communiquer au grand public et à ne pas agir plus tôt. Elle met toutefois le doigt sur les «bonnes relations» que les politiques et les entreprises chimiques de Lonza et Ciba-Geigy tenaient à préserver.

Archives détruites

Dans son rapport, la Cogest indique que le service de la protection de l'environnement a procédé à la destruction de documents d'archives avant les années 2005. Les députés se sont dits choqués par cet état de fait qui ne trouve pas d'explications pour l'heure, mais qui ne peut en aucun cas être imputé aux dirigeants actuels qui n'étaient pas en fonction à l'époque.

Les députés n'ont pas attaqué frontalement Jacques Melly. Ils ont toutefois dit leur incompréhension par rapport à certains dysfonctionnements dénoncés par l'ancien chef du Service de l'environnement (SEN) Joël Rossier, et notamment l'existence de dossiers amputés de plusieurs pages.

«Une histoire à dormir debout»

Jacques Melly a répliqué que les dysfonctionnements ne proviennent pas forcément de là où l'on pense. Il a alors évoqué l'ébauche de dossier que l'ancien chef du SEN a remis en mars 2018, sous le sceau de la confidentialité, à Marianne Maret, actuelle conseillère aux Etats et alors présidente de la Cogest.

«Le projet de ce rapport de 23 pages, signé par l'ancien chef du SEN, a été remis à mon Etat-major le 17 avril 2018», a expliqué Jacques Melly. Le 9 mai, la version définitive de 22 pages du rapport, validée par l'ex-chef du SEN, a été transmise à la Cogest.

Dix-huit mois plus tard, Joël Rossier fait état à la Cogest d'une version supplémentaire, de 29 pages, qui ne correspond pas à celle sur laquelle lui-même et ses collèges ont travaillé. «C'est une histoire à dormir debout!», a lancé Jacques Melly aux députés.

«Je suis en pleine possession de mes moyens»

Jacques Melly a rappelé que la question du mercure a été prise au sérieux dès 2010, sous sa responsabilité, lorsque la pollution a été découverte sur le tracé de l'autoroute en construction. Il a réfuté tout manque de communication et transparence, rappelant, à l'instar de certains députés, le nombre de communiqués, conférences de presse et autre session spéciale du Grand Conseil consacrés au mercure.

Appelé à la démission par la gauche via facebook il y a quelques jours, et à se dessaisir du service de l'environnement dans une intervention urgente de l'UDC et de la gauche qui sera traitée vendredi, Jacques Melly a déclaré être «en pleine possession de ses moyens».

Il ne compte pas céder devant «l'agitation des opposants qui ont dépassé les bornes à l'approche d'échéances électorales». «Je n'ai aucun désir et aucune intention de démissionner», a-t-il lancé, applaudi par sa famille politique et par quelques autres députés.

Gauche et UDC pour une CEP

La Cogest va continuer à investiguer sur les éventuels dysfonctionnements entre le SEN et le département. Elle livrera un nouveau rapport qui «comprendra l'intégralité des points soulevés par l'ancien chef du SEN, tel que souhaité» par le Grand Conseil dans sa motion acceptée le 8 mars 2018.

L'UDC et l'Alliance de gauche sont favorables à pousser plus loin les investigations en mettant sur pied une commission d'enquête parlementaire (CEP). La question sera vraisemblablement sur la table du Grand Conseil au printemps prochain.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • frank le 12.12.2019 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Politiciens ou croque-morts

    Les politiques assoiffés par le pouvoir sont contraints de mentir pour avancer, promesses, faux semblants et copinage, et une population naïve ou complice, voilà la recette utilisée par ceux qui nous représentent, merci !

  • Frane le 12.12.2019 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Laissez moi rire plutôt que pleurer...

    Après ça on lit « les eaux helvétiques mieux protégées.... « ça fait des siècles que les industries du Valais polluent le Rhône et l air ... et tout à coup on s en inquiète ?...

  • Benjamin Danlesac le 12.12.2019 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Faut rien dire sinon ils partent

    C'est le Valais.. à Monthey, Ciba-Geigy faisait ce qu'il voulait, la commune n'osait rien dire, et une majorité des conseillers généraux travaillait dans cette industrie, alors s'ils osaient attaqué ''La CIBA'' ils n'avaient plus aucune chance de promotions futures. Alors CIBA ne se génait pas: des purges toutes les nuits dans le ciel Montheysan, des tonnes de mercure et d'autres produits directement dans le Rhone ou le canal Stockalper. Après y faut pas s'étonner si dans le Chablais il y 50 fois plus de mort par cancer de la vessie qu'ailleurs en Suisse. Encore maintenant....

Les derniers commentaires

  • ganache le 14.12.2019 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La sérénité dans la pollution...

    Les verts pourraient aller nager dans le Rhône pour manifester contre la pollution au mercure... hi hi ! plutôt que de bloquer les artères lausannoise... et cela leur raffraîchirait les sens... rehihi !

  • Melly cachela vérité , pas confiance ce le 12.12.2019 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    MELLY DEHORS

    MELLY Démission .

  • Paul Émique le 12.12.2019 17:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Entre cousins...

    Ils ne vont pas se déchirer ! L'omerta valaisanne va fonctionner au détriment du reste de la Suisse. On connaît la chanson !

  • Julien le 12.12.2019 17:26 Report dénoncer ce commentaire

    Le démon "valais"

    Arf encore les valaisans... faut vraiment faire qqc... je sais pas... les mettre sous tutelle vaudoise ou autre...

    • Dép âne âge le 15.12.2019 12:05 Report dénoncer ce commentaire

      Assistance

      C'est terrible le nombre d'articles sur ( sur cette fois et pas au où en ) le Valais ! Vraiment différents des autres dans ce canton ! Est-ce la résultante du lever de coude au bistrot ?

  • Frane le 12.12.2019 13:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Laissez moi rire plutôt que pleurer...

    Après ça on lit « les eaux helvétiques mieux protégées.... « ça fait des siècles que les industries du Valais polluent le Rhône et l air ... et tout à coup on s en inquiète ?...

    • montagnard le 12.12.2019 13:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frane

      Honnêtement il n'y a pas seulement le Valais qui polue. Parce que Vaud et Genève ne polue pas.

    • Jean Doute le 13.12.2019 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Frane

      Avec la fonte des glaciers il n'y aura plus de Rhône ?

    • Piinteusse le 15.12.2019 12:07 Report dénoncer ce commentaire

      Ivresse Valesco

      Il y aura de l'eau pour mettre dans le Pastis !