La Chaux-de-Fonds (NE)

23 novembre 2019 08:03; Act: 24.11.2019 14:44 Print

La population veut toujours élire son exécutif

Les citoyens de la Chaux-de-Fonds ont décidé de continuer à élire eux-mêmes leurs représentants au Conseil communal.

storybild

Une vue de la ville de La Chaux-de-Fonds (NE). (Photo: Keystone/Photo d'archives)

Sur ce sujet
Une faute?

La population de La Chaux-de-Fonds (NE) veut continuer de pouvoir élire elle-même les membres du Conseil communal. Les citoyens ont refusé dimanche à 66,38% que l'élection de l'exécutif se fasse par le Conseil général.

Même si la campagne fut animée, voire tendue, entre le PS opposé à cette modification et le PLR-POP qui la souhaitaient, les Chaux-de-Fonniers ne se sont pas mobilisés pour aller voter. Le taux de participation ne s'est monté qu'à 22,91%, selon les chiffres donnés par la Chancellerie.

Le nombre de votes favorables à la modification du mode d'élection s'est élevé à 2171, les contre à 4326. Le Parti socialiste (PS) de la Métropole horlogère s'est réjoui sur facebook de «cette superbe victoire» et d'avoir été soutenu par les deux tiers des votants «dans cette défense de la démocratie directe».

Pour le parti, le changement de système aurait provoqué un manque de visibilité pour la population, car actuellement les citoyens peuvent choisir des personnalités et les juger sur leur travail.

Un système «qui pose problème»

En raison notamment des affaires Legrix et Monnard, le Parti ouvrier et populaire (POP) et le Parti libéral-radical (PLR) voulaient revoir le système. Ils proposaient que l'élection du Conseil communal se fasse par le Conseil général, sur la base de la représentation proportionnelle en fonction des suffrages obtenus au législatif par chaque groupe.

Le président du POP de La Chaux-de-Fonds, Julien Gressot, a déclaré à Keystone-ATS qu'il était «déçu du résultat et surtout du taux de participation très mauvais. On est néanmoins heureux d'avoir pu amener un débat sur le fonctionnement de la démocratie».

«Tous les partis ont reconnu pendant la campagne que le système actuel pose problème. Maintenant, on attend les propositions de réforme de ceux qui étaient opposés à cette modification», a ajouté Julien Gressot.

Dans un communiqué, le groupe socialiste au Conseil général a indiqué qu'il «viendra prochainement avec une proposition de modification du règlement général afin que, en cas de vacance au Conseil communal, une élection complémentaire soit organisée». Cela a l?avantage de corriger le système afin d?éviter les «affaires des viennent-ensuite».

Spécificité neuchâteloise

La possibilité d'élire le Conseil communal par le Conseil général est une spécificité neuchâteloise et une exception en Suisse romande. Depuis 2002, la Constitution cantonale laisse aux communes le soin de fixer le mode d'élection. Dans 25 communes, l'exécutif est élu par le législatif. Aucune grande localité du canton n'a choisi cette voie.

Depuis 2003, l'exécutif de La Chaux-de-Fonds est élu par le peuple à la proportionnelle. Depuis ce changement de mode d'élection, plusieurs affaires ont émaillé la vie du Conseil communal.

Seulement deuxième des viennent-ensuite de la liste PLR, Pierre-André Monnard avait pu entrer à l'exécutif de la Métropole horlogère en 2008 grâce à une incompatibilité constitutionnelle. Premier des viennent-ensuite de la liste UDC, Jean-Charles Legrix avait lui pu rejoindre le Conseil communal, lorsque Pierre Hainard avait jeté l'éponge en juillet 2010.

Actuellement, l'exécutif de la Ville est composé de 2 PS, 1 PLR, 1 POP et 1 UDC. Le changement du mode d'élection aurait pu fragiliser le 2e siège socialiste - au profit des Verts - lors des élections communales de juin 2020.

(nxp/ats)