Canton du Valais

21 juin 2019 15:23; Act: 21.06.2019 15:23 Print

La sécurité du vote par correspondance renforcée

Les autorités valaisannes ont pris des mesures afin d'éviter qu'une fraude électorale comme celle de 2017 puisse se répéter.

storybild

En mars 2017, un individu avait volé au moins 190 bulletins de vote dans des boîtes à lettres valaisannes. (Photo: Keystone)

Une faute?

La sécurité du vote par correspondance sera renforcée en Valais dès 2020. Les mesures doivent empêcher des fraudes électorales comme celle qui avait entachée les élections cantonales de mars 2017.

Au début de chaque législature, l'électeur recevra un jeu d'étiquettes autocollantes comportant ses nom et prénom ainsi que le nom et l'armoirie de sa commune. S'il vote par correspondance, il collera une étiquette sur sa feuille de réexpédition, à l'emplacement prévu à cet effet.

«Il s'agit d'une solution fiable, simple à mettre en place et peu coûteuse pour les communes», affirme l'Etat du Valais vendredi dans un communiqué. Comme la mesure entraînera un allongement du dépouillement partiel, une modification de la loi sur les droits politiques et l'ordonnance sur le vote par correspondance et nécessaire et sera soumise au Grand Conseil.

Manquements pas graves

En mars 2017, un individu avait volé au moins 190 bulletins de vote dans des boîtes à lettres à Brigue, Naters et Viège et les avait renvoyés munis d'une fausse signature. Une fois l'homme condamné à douze mois de prison avec sursis, le Conseil d'Etat valaisan avait ouvert une enquête administrative pour vérifier si les dispositions de la législation avaient été respectées.

«Il ressort de cet examen que, de manière générale, les communes de Brigue-Glis, Viège et Naters ont appliqué correctement la loi et son ordonnance», indique le canton. Les manquements relevés concernent notamment le nombre d'urnes et la nomination formelle des membres des bureaux de vote. Ils ne sont pas «graves», n'ont «pas eu d'incidence sur les résultats du scrutin» et «ne nécessitent pas des mesures disciplinaires», note l'Etat du Valais.

Le Conseil d'Eat a invité les communes concernées à corriger «au plus vite» les problèmes constatés. Il en a aussi profité pour rappeler à toutes les communes certaines règles en matière de droit politique.

(nxp/ats)