Valais

22 octobre 2019 22:19; Act: 22.10.2019 22:19 Print

Le Conseil d'Etat décide d'interdire... un apéro

L'ex-chef du Service de l'environnement, en bisbille avec le gouvernement valaisan, n'a pas pu organiser son pot de départ dans les locaux du Canton.

storybild

Même pour un apéro, l'ancien chef (à droite) ne remettra pas les pieds dans les locaux du Canton. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le Conseil d'Etat décide, à la suite de sa décision du 21 août 2019, d'interdire à M. Joël Rossier d'organiser son apéritif de départ du mercredi 16 octobre 2019 dans les locaux de l'Etat du Valais.» Cette phrase est la conclusion d'un extrait de procès-verbal d'une séance du gouvernement valaisan qui s'est tenue le 15 octobre, et qui a été publié mardi matin sur Facebook par l'ancien employé de l'Etat du Valais qui a été libéré de son obligation de travailler après avoir posé sa démission en juin.

L'ancien chef du Service de l'environnement aurait dû poursuivre son activité jusqu'à fin octobre afin d'opérer la transition avec son successeur. Mais face à un climat de travail devenu intenable, le Conseil d'Etat l'avait finalement libéré de son obligation de travailler avant l'échéance. S'en était suivi un long feuilleton en forme de confrontation par médias interposés entre Joël Rossier et le Conseil d'Etat. L'homme a tout de même souhaité organiser son pot de départ avec ses anciens collègues, dans ses anciens bureaux.

Et c'est donc en séance officielle que le gouvernement a décidé de façon très protocolée de lui refuser cette dernière faveur, «considérant qu'il s'agit ici de la tenue d'un événement privé». Amer de n'en avoir pas été averti jusqu'à la dernière minute, Joël Rossier a commenté de façon ironique cette interdiction sur son profil Facebook, tout en rassurant ses alliés: l'apéro a bel et bien eu lieu, à 300 mètres de là, avec tous ceux qui s'étaient annoncés.

(ywe)