Suisse

04 juillet 2019 12:36; Act: 04.07.2019 12:51 Print

Le Jura met au concours son réseau de bus

Le réseau mis au concours est constitué de deux lots et les entreprises intéressées ont jusqu'au 28 novembre pour déposer une offre sur l'un des lots ou les deux en même temps.

storybild

L'exploitation des lignes est aujourd'hui assurée par CarPostal qui n'est plus en odeur de sainteté. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le canton du Jura a ouvert la procédure de mise au concours de son réseau de bus. La mesure, annoncée au printemps 2017 et qui porte sur 38 lignes régionales, vise à améliorer la compétitivité des transports publics jurassiens.

Le réseau mis au concours est constitué de deux lots: le premier comprend les trente lignes des régions de Delémont, de Haute-Sorne, de Clos du Doubs et d'Ajoie, le second englobe les huit lignes des Franches-Montagnes, explique jeudi le canton du Jura dans un communiqué.

Octroi de concession

Les entreprises intéressées ont jusqu'au 28 novembre prochain pour déposer une offre sur l'un des lots ou les deux en même temps. L'intention d'adjudication devrait être communiquée au printemps 2020 et l'Office fédéral des transports procédera probablement en été 2020 à l'octroi de la concession, précise le communiqué. La concession sera valable pour dix ans.

«Il est attendu que le mandataire s'identifie très fortement à la région, qu'il oriente ses efforts à satisfaire les besoins des mandants et qu'il tienne compte de manière impérative et prioritaire des particularités du marché local», souligne le canton du Jura.

Froid avec CarPostal

L'exploitation des lignes est aujourd'hui assurée par CarPostal et les Chemins de fer du Jura (CJ). Les autorités jurassiennes ont toutefois estimé que les propositions de CarPostal, frappée par le scandale des subventions, n'étaient plus acceptables pour la région. D'où cette volonté de libéraliser le réseau de bus pour améliorer son efficacité.

A noter que les syndicats surveillent de près cette ouverture du réseau à la concurrence. Fin 2017, ils avaient remis à la chancellerie cantonale jurassienne une pétition pour prévenir une sous-enchère salariale et une baisse des qualités des prestations.

(nxp/ats)