Communales Fribourg 2011

20 mars 2011 11:53; Act: 21.03.2011 06:38 Print

Le PLR réussit son pari

Les libéraux radicaux fribourgeois ont réussi leur pari. Ils récupèrent le siège perdu en ville de Fribourg en 2006.

Sur ce sujet
Une faute?

Les élections communales fribourgeoises sont marquées par une grosse surprise à l'exécutif de la ville de Fribourg. Les libéraux-radicaux ont réussi leur pari et récupèrent au détriment du PDC le siège perdu en 2006.

Le PDC est le grand perdant de la journée puisqu'il cède un de ses deux sièges. Comme c'était prévisible, la gauche, partie unie au combat, maintient ses trois sièges et reste majoritaire avec 49,3% des suffrages.

Le syndic Pierre-Alain Clément (PS) et Madeleine Genoud-Page (PCS) sont réélus. Thierry Steiert (PS) fait son entrée à l'exécutif. La grande gagnante du jour est Antoinette de Weck, même si seules 40 voix la séparent du perdant PDC Charles de Reyff.

Députée et présidente du conseil de la magistrature, elle s'est profilée sur plusieurs dossiers contre l'exécutif sortant, dont celui du sens unique de la gare. Elle a constitué la véritable locomotive de son parti qui avance de 11% des suffrages en 2006 à 15,3%.

Le PDC lourdement sanctionné

Plus que la défaite de M.de Reyff, la perte d'un siège est la défaite du PDC qui passe de 27% des suffrages en 2006 à 22% dimanche. Ce parti a connu ces derniers temps de nombreux remous dont le dernier en date a été la démission-surprise du président cantonal et son passage encore plus inattendu à l'UDC.

Quant à savoir si l'arrivée d'une personnalité aussi affirmée que Mme de Weck à l'exécutif augure de séances musclées, le syndic Clément ne le craint pas. Selon lui, la base politique sera plus large et devrait au contraire entraîner un apaisement dans la recherche de solutions consensuelles.

A droite, le manque d'unité est regretté. Mais lors du point de presse commun à tous les partis, il a été manifeste que celle-ci était loin d'être en bonne voie. Par la voix de son président local Laurent Dietrich, le PDC a reproché aux autres partis de droite de n'avoir pas voulu conclure une alliance: il a été vertement contredit par l'UDC et le PLR qui l'ont accusé d'inverser les rôles.

Consolation à Bulle

Les résultats des élections au conseil communal de la ville de Bulle ont de quoi mettre du baume au coeur du PDC. Si ce parti enregistre une grosse déconvenue à Fribourg, à Bulle au contraire, il a gagné dimanche un siège au détriment du PLR.

Les résultats du PS sont stables; ce parti maintient ses trois sièges. Le PLR en a désormais trois et le PDC également trois. Vice- syndic PLR, Yves Grandjean ne s'explique pas le recul de son parti. Ce dernier n'avait pas une liste complète et c'est peut-être une explication, avance-t-il.

D'autre part, le PLR, qui est traditionnellement le parti majoritaire à Bulle, a fait peut-être l'erreur de ne pas revendiquer la syndicature en automne 2009, après la démission surprise Jean- Paul Glasson, explique M.Maillard. Selon lui, pour des questions de disponibilité, le parti a laissé le poste à un PDC, Yves Menoud, et a ainsi perdu en visibilité.

La gauche tient le haut du pavé

Pas de bouleversement à l'exécutif de la 3e ville du canton, Villars-sur-Glâne (FR): PS, PDC et PLR maintiennent le même nombre de sièges qu'ils détenaient jusqu'à présent, soit respectivement quatre, deux et deux. Seule nouveauté, d'ailleurs relative, la sortante Marie Garnier est réélue, mais sous l'étiquette des Verts et non du PS.

Les Verts font leur entrée à l'exécutif au détriment du PCS. Les quatre socialistes sont les mieux élus, a dit à l'ATS la syndique Erika Schnyder. Cette dernière fait le meilleur score.

(ats)