Exercice en Valais

07 mai 2019 17:06; Act: 08.05.2019 11:27 Print

Si 15 civils étaient abattus par des terroristes?

Plus de 120 agents de la police cantonale cantonale ont pris part à une simulation d'attaque terroriste afin d'être aguerris à une telle situation.

L'exercice a mobilisé plus de 120 policiers
Sur ce sujet
Une faute?

Le Valais veut être prêt en cas d'attentat terroriste. Plus de 120 agents de la police cantonale ont participé mardi à l'exercice «Terror» qui a simulé une attaque dans le Chablais.

Le scénario a mis en scène un petit groupe de terroristes abattant au hasard une quinzaine de civils, a raconté Christian Varone, commandant de la police valaisanne, devant la presse dans la zone industrielle de Collombey-Muraz. «L'idée était d'avoir le scénario le plus réaliste, mais aussi le plus évolutif et le plus imprévisible possible. Cela aurait été trop simple si la situation était connue dès le départ», a-t-il relevé.

L'exercice, qui a duré toute la journée, visait à aguerrir les policiers aux différentes étapes relatives à une telle situation: déclenchement de l'alarme, négociations dans le cadre d'une prise d'otages, intervention ou encore communication de crise. Les journalistes présents ont pu assister à l'assaut final, lors duquel l'un des terroristes, caché dans la forêt, tentait de s'enfuir en voiture.

Ce (faux) terroriste a été neutralisé par sept membres du groupe d'intervention de la police cantonale, qui venaient en sens inverse à bord d'un véhicule blindé. Le forcené a été touché par balles par les forces de l'ordre, extrait de sa voiture, puis pris en charge médicalement.

Menace bien réelle

Pour Christian Varone, l'organisation d'un tel exercice est primordiale. «Nous n'avons pas le droit de ne pas nous préparer. La menace reste très élevée en Europe et aucun pays n'y échappe, même si l'on pourrait penser que la Suisse est davantage préservée», a-t-il estimé.

Le commandant de la police a expliqué qu'une dizaine de personnes étaient actuellement surveillées en Valais «dans le domaine de l'extrémisme radical». Il a surtout souligné la menace de «quérulents», soit des personnes solitaires qui pourraient verser dans la violence à la suite d'un accroc dans leur vie professionnelle, sociale ou familiale.

L'exercice «Terror» a aussi permis de tester une partie du matériel de la police. Christian Varone a mentionné les nouveaux fusils semi-automatiques de la police cantonale ou les drones de surveillance. «Ces drones apportent un avantage considérable. Ils nous donnent une nouvelle vision de la situation alors que, jusqu'ici, nous devions davantage travailler à l'aveugle», a-t-il relevé.

Forte mobilisation

Outre l'entraînement de ses troupes, Christian Varone a expliqué que cet exercice servait à informer la population, mais également à dissuader un éventuel passage à l'acte. «Si nous rendons public ce genre d'exercice, c'est aussi à titre préventif», a-t-il dit.

Plus de 120 personnes ont été réquisitionnées mardi sur le terrain. «Il s'agit d'une mobilisation conséquente», a souligné M. Varone, précisant que ce total n'englobait pas les personnes qui ont oeuvré «à l'arrière», à la centrale d'engagement par exemple.

Au moment de tirer un premier bilan de cet exercice grandeur nature, le chef de la police valaisanne s'est dit «très satisfait», même si des éléments restent encore «perfectibles». Il a aussi tenu à saluer l'engagement des femmes et des hommes présents sur place. «Ils ont joué le jeu comme s'il s'agissait d'une véritable attaque», a-t-il remarqué.

Conseils français

Ce genre d'exercice est relativement rare en Suisse, au contraire par exemple de la France, pays durement touché par le terrorisme. «Nous avons une excellente collaboration avec la police française. Leurs conseils nous ont permis d'adapter nos plans d'intervention», a remarqué M. Varone.

Au niveau fédéral, un exercice de simulation d'attentat terroriste a été mené en novembre 2017. Il mettait en scène une prise d'otages dans le bâtiment de l'ONU à Genève et une attaque contre la centrale nucléaire de Mühleberg (BE).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • paul le 07.05.2019 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    m.

    Bravo à la police. Avec des entrainements moins de surprises en cas de réalité surtout que l ont immagine toujours que ca n arrive que dans les autres pays.

  • Dann le 07.05.2019 17:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    oh là, le dilemme...

    Le scénario a mis en scène un petit groupe de terroristes abattant au hasard une quinzaine de civils. En Suisse, les autorités seraient vraiment empruntées, surtout pas lancer des pierres aux terroristes. Pauvre policier qui viserait un de ces derniers, il finirait ses jours en prison. A l'image de Via Sicura, un policier ne doit jamais engager une poursuite à plus de 50 kmh. Sa vie serait détruite.

  • Hubert le 07.05.2019 18:42 Report dénoncer ce commentaire

    Calme

    Mais selon la votation qui arrive si le OUI l'emporte il n y aura absolument plus aucun risque d avoir la moindre fusillade en Suisse tout le monde le sait, les partisans nous le répètent assez...

Les derniers commentaires

  • marre de la censure d'état le 08.05.2019 12:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    la seule chose dont les médias ne parlent pas

    Dire que fermer nos frontières résoudrait 98% de nos problèmes, de sécurité, de criminalité, de dépenses sociales, de dépenses scolaires, de dépenses d'assurance maladie, de chômage, de logement, de circulation, de prisons, de débordements de la justice...

    • Baloo Laloo le 09.05.2019 12:52 Report dénoncer ce commentaire

      Mensonges répétés ne fait pas vérités

      Autant dire n'importe quoi quand on ne sait rien. A vous lire on dirait qu'il n'y avait pas de criminalité en Suisse avant les années 1990. Saviez vous qu'en matière d'homicide 2019 ainsi que les années précédentes ont été moins dangereuses que les années 1980's ? Et que 60% des victimes connaissaient lauteur de leur agression. Autrement dit, comment les frontières vont arrêter un mari de tuer sa femme ? Mais bon le populisme est devenu un dogme pour certains...

  • Nimportenavac le 08.05.2019 08:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hahahh

    La pire interpell véhicule de l histoire. Sérieux les gars. Vous savez qu on bosse pas comme ça sur du terro.. je vais pas rentrer dans les détails.. C'était juste pour faire joli devant la presse..

    • Masters le 08.05.2019 10:17 Report dénoncer ce commentaire

      Oui

      Cest pour la video... deja trop groupé..pk ne faire qu une seul cible?.. bref pour la video... Bonne continuation les gars et a bientot a l'entrainement!

  • John Doe le 08.05.2019 06:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Voici pourquoi ça arriverait en Suisse

    Oui ça pourrait arriver, puisque pour le moment l'état nous refuse le droit de pouvoir nous défendre nous même contre de telles attaquent, en nous refusant le PAC (port d'armes citoyens par des civils armés et formés ayant passé avec succès les examens de port d'armes). Avant le port d'armes civil était libre en suisse, mais apparemment maintenant l'état ne fait plus confiance à sa population, et veut même restreindre l'accès à certaines catégories d'armes. Posez-vous la question, si un jour vous vous retrouvez à la place des victimes, est-ce que vous auriez voulu que parmi vous se trouve des civils armés qui auraient pu neutraliser les terroristes immédiatement, ou préférez vous attendre patiemment de longue minutes que la police arrive et avoir ainsi tout le temps de vous faire tuer, comme au Bataclan à Paris, et d'autres cas? Être formé et armé c'est une grande responsabilité que pas tous le monde est prêt à prendre, mais c'est aussi comme une assurance. On l'a mais on espère ne jamais en avoir besoin, mais si un jour on en a besoin, on est content de l'avoir. Et votez non à cette nouvelle loi sur les armes, qui ne va absolument pas désarmer les terroristes qui continueront à acheter leurs armes illégalement.

  • didi le 08.05.2019 06:19 Report dénoncer ce commentaire

    soins si au cas ou il y a des blessés

    la question c'est : est-ce que l'hôpital est prêt de recevoir 15 civils blessés en plus de nombre habituelle des patients aux urgences ?

  • reality le 08.05.2019 06:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mister

    Pourquoi s'entraîner on est un pays neutre non ? Et avec tous ceux qu'on accepte nourris logés. Sans oublier leurs comptes en Suisse...