Condition de vie

08 avril 2019 13:50; Act: 08.04.2019 16:19 Print

Le Valais veut améliorer le quotidien des familles

Les autorités valaisannes ont mené une étude pour comprendre la situation des ménages, afin de mieux répondre à leurs besoins.

storybild

«Nous avons voulu obtenir une vue d'ensemble, jamais réalisée jusqu'ici, de la situation des familles en Valais, a indiqué Esther Waeber-Kalbermatten, la conseillère d'État valaisanne. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Valais veut faire davantage pour ses familles. Le canton a dressé leur portrait statistique et établi un état des lieux des prestations qui leur sont dédiées. Dans un second temps, il proposera des pistes de travail pour sa politique familiale.

Nous avons voulu obtenir une vue d'ensemble - jamais réalisée jusqu'ici - de la situation des familles en Valais, a indiqué Esther Waeber-Kalbermatten, la conseillère d'Etat en charge de la santé, des affaires sociales et de la culture, devant la presse. Un premier rapport a été présenté lundi.

La réflexion s'est focalisée sur les 45'000 ménages du canton comptant au moins un enfant de moins de 25 ans (le 51% au total). Quelque 78'000 enfants, ados ou jeunes adultes y grandissent.

Quatre principaux thèmes

La sécurité économique des familles et leur organisation, ainsi que la promotion de l'égalité des chances pour les enfants et la prévention contre les violences intra-familiales ont été analysés. Pas moins de 19 pistes ont été listées.

Le recouvrement des pensions alimentaires, l'accès aux bourses, des loyers accessibles aux faibles revenues ou les primes de l'assurance maladie font partie des sujets privilégiés. «Nous voulons investir pour améliorer la cohésion cantonale et pour notre futur», précise Esther Waeber-Kalbermatten.

Atouts bien réels

En matière économique, le Valais ne manque pas d'atouts. Ses allocations familiales font partie des plus élevées de Suisse et les charges fiscales sont limitées pour les familles. Les communes participent aussi aux frais dentaires des enfants jusqu'à 16 ans.

De plus, la constitution valaisanne garantit le droit à une place d'accueil extrafamilial pour les moins de 13 ans. En revanche, le canton ne compte pas de structure ciblée d'aide au logement.

Fort de ces constats, l'Office cantonal de l'égalité et de la famille souhaite permettre aux parents de mieux organiser leur vie familiale en travaillant notamment sur les questions des proches aidants et des loisirs après l'école. Il vise également à encourager le partage égalitaire des tâches au sein du foyer, à aménager des conditions cadres pour favoriser la conciliation du travail et de la vie de famille.

Des mesures concrètes seront rendues publiques courant 2019. Il est prévu qu'elles soient progressivement appliquées dès l'an prochain par les départements concernés.

Divergences cantonales

Au niveau statistique, la taille moyenne d'un ménage valaisan est de 3,8 personnes (3,7 au niveau national). Les 70% d'entre eux vivent dans la Plaine du Rhône.

Quelque 68% des mères haut-valaisannes travaillent. Côté francophone, elles sont 76%. Dans la partie alémanique du canton, le taux de familles monoparentales atteint 10%; il est de 15% de l'autre côté de la Raspille.

On compte en outre moins de familles issues de l'immigration dans le Haut-Valais (21%) que dans le Valais romand (36%). Pour l'ensemble du canton, le taux de divorce atteint 45% (47% en Suisse), celui de la natalité 1,5 bébé par mère (1,5 en Suisse).

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Martine de Conthey le 08.04.2019 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les autres...

    Pourquoi seulement les familles "modestes"? Les célibataires ou divorcés sont-ils moins méritants?

  • bady le 08.04.2019 18:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    amertume

    Moi j'arrive avec mes valises en cartons et mes 8 gosses et on m'aide c'est ça la Suisse, et les braves citoyens doivent bosser et payer la caisse maladie les impôts et loyer et c'est tant mieux pour la tristesse du monde, il y a une certaine injustice pour les indigènes que nous sommes.

  • Gégé le 08.04.2019 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    Et les autres ?

    Les familles certes... et les autres ? les personnes qui vivent seules ou en couple sans enfant(s) ?

Les derniers commentaires

  • Courgette le 10.04.2019 12:54 Report dénoncer ce commentaire

    Un couple c'est déjà une famille

    Il faudrait déjà commencer par éduquer la société afin qu'elle ne mette pas la pression sur les nouveaux couples :" aloooors c'est pour bientôt les enfants !!?" Ça serait déjà un début d'éviter à bcp de personnes à faible revenu de se retrouver un peu trop serré, sous prétexte que les enfants sont le bonheur, alors que des enfants c'est AUSSI une très grande responsabilité et une lourde charge !

  • SanSan74 le 08.04.2019 23:05 Report dénoncer ce commentaire

    Stop

    Et ces politiques natalistes devraient être purement interdites. Il est temps de songer à stopper l'accroissement de la population mondiale. Problèmes environnementaux, bientôt plus de boulot en raison de la robotisation, et j'en passe...

  • SanSan74 le 08.04.2019 23:01 Report dénoncer ce commentaire

    Encore

    Les familles, toujours les familles. Bien sûr que les fins de mois sont difficiles pour certaines, mais ras-le-bol de cette manie de croire que les personnes sans enfant sont bourrées de pognon, donc peuvent payer pour les gosses des autres.

    • Max. le 09.04.2019 10:51 Report dénoncer ce commentaire

      @sansan74

      Les enfants des autres payent/payeront aussi votre retraite, seront les personnes qui vous serviront plus tard dans les commerces, administrations, etc. Justement en n'ayant pas d'enfants, vous ne payez rien, vous n'avez aucune responsabilité, ni obligations. Profitez si cela vous convient.

    • DuBlabla Toutca le 09.04.2019 11:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Max.

      Mais bien sûr. On ne paie pas d'impôts pour sûr. On n'a aucune charge, aucune responsabilité, rien, aucun frais, ni de santé ni même pour se loger ou manger. Et quand on aura L'AVS, on sera encore bons pour payer le social des jeunes assistés.

    • Walter Ego le 09.04.2019 12:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @SanSan74

      Alors toi t'as absolument rien compris !!!

  • Lilith S. le 08.04.2019 22:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Campagnes électorales ?

    On dirait qu'avoir des enfants (plein, si possible) est devenu une obligation, voire "une fatalité" dans ce pays. Ça va finir comme sur Vaud, où tous les salariés, même ceux habitant hors canton, paient les "PC familles", directement déduites du salaire, comme si les impôts n'étaient pas encore assez exorbitants pour ceux qui se crèvent le Q au boulot, en particulier les personnes seules, et qui n'ont d'ailleurs pas forcément les moyens de fonder une famille. Et pour les aînés ? Rien non plus. Marre d'aider toujours ceux qui se plaignent la bouche pleine.

  • Dave le 08.04.2019 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    A la retraire

    Il est temps de prendre votre retraire madame, car vous n'avez rien apporté à notre canton depuis que vous siéger au canton. Encore une socialiste qui ne sert à rien