Marly (FR)

30 juillet 2014 11:36; Act: 30.07.2014 14:53 Print

Le capricorne asiatique fait de nouvelles victimes

La lutte contre le parasite redouble dans le canton de Fribourg: un deuxième foyer d'arbres infestés par cet insecte nuisible a été découvert à Marly (FR).

storybild

Les autorités prévoient une ordonnance établissant des mesures d'éradication.

Sur ce sujet
Une faute?

Ce second site se trouve à plus d'un kilomètre de l'autre, au sud. Il ne s'agit donc pas d'une extension du premier, mais d'un nouveau foyer, a expliqué mercredi devant la presse André Chassot, du service phytosanitaire cantonal.

Dans le foyer précédent, les équipes de détection - aidées de chiens de recherche - ont capturé 160 capricornes asiatiques vivants. Il a fallu abattre 22 arbres infestés, et plus d'une centaine d'autres à titre préventif dans la zone alentour.

Sauver la forêt

La forêt du Bois des Rittes, qui domine la Sarine, est toute proche de ce premier site. La nécessité de la protéger a amplifié l'urgence de ces mesures.

Les abattages préventifs ont lieu dans un périmètre d'au moins cent mètres autour d'un arbre infesté. Ils concernent les feuillus que cet insecte cible tout particulièrement: érables, marronniers, bouleaux, peupliers, saules, platanes, et peut-être aussi le frêne.

Comme aucun abattage n'est fait avant d'avoir pu avertir les propriétaires des terrains touchés, il faut parfois attendre leur retour de vacances. Ceux-ci n'auront rien à payer pour l'abattage, mais ne seront en principe pas indemnisés pour la perte d'un arbre.

L'ordonnance fédérale sur la protection des végétaux constitue la base légale nécessaire aux actions entreprises. Mais vu l'envergure des foyers et l'impact des mesures de lutte, le canton établira ces jours une ordonnance plaçant Marly en zone spéciale et édictant des mesures d'éradication précises.

Aide capitale de la population

«La grande majorité des citoyens sont compréhensifs et jouent le jeu, alors que ce genre de situation n'est pas toujours facile à vivre», a commenté le vice-syndic de Marly. La commune a distribué des tous-ménages, et une séance d'information est prévue le 20 août.

L'aide de la population est précieuse pour lutter contre ces ravageurs. L'alerte d'un promeneur a permis de détecter le premier foyer. Et une habitante de Marly a signalé avoir trouvé l'une de ces bêtes dans son salon, ce qui a permis d'identifier le deuxième mardi.

Son signalement: il a l'allure d'un grand scarabée (environ 5 cm), une carapace noire à pois blancs et de longues antennes. Mais les personnes qui trouvent de tels coléoptères ne doivent pas les éliminer par excès de prudence, précisent les experts.

Car certaines espèces indigènes, parfois rares ou menacées, lui ressemblent. Il faut capturer vivant l'individu suspect, le conserver dans un récipient fermé, si possible le photographier, et téléphoner au service phytosanitaire cantonal.

Avant Brünisried

Les spécialistes pensent désormais que le foyer de Marly est plus ancien que celui découvert à Brünisried (FR) en 2011, et qu'il en est à l'origine. Après une taille d'arbres à Marly, du bois de feu livré à Brünisried a pu servir de moyen de transport aux bestioles.

En amont, leur arrivée en Suisse semble liée au bois d'emballage utilisé pour certaines pierres importées depuis la Chine. D'autres foyers sont connus à Winterthour et en région bâloise.

(ats)