La Ferrière (BE)

03 septembre 2018 18:32; Act: 04.09.2018 08:07 Print

Le casse du bancomat a laissé des traces

par Vincent Donzé - Après l'attaque du distributeur, les fissures sont visibles sur l'immeuble. Et des plaies invisibles sont plus profondes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le casse du bancomat Raiffeisen à La Ferrière (BE) a laissé des traces sur un immeuble proche de la gare et d'un passage à niveau: vitres brisées, murs fissurés et trous béants, masqués depuis par des planches. Il s'agit maintenant de réparer les dégâts et de nettoyer ce qui n'a pas été détruit: lundi après-midi, une visite des lieux dirigée par le banquier a permis un constat, resté confidentiel sur demande de la police.

Le voisinage témoigne. «Le banquier s'est montré très attentionné: avant même l'arrivée de la police, il nous a proposé une aide psychologique.» Avant l'arrivée de la police? «Comme il n'y pas eu de blessé, la priorité consistait à bloquer les chemins de fuite», a indiqué le préposé du 117 à une voisine, étonnée qu'on lui réponde en allemand. L'alarme a été donnée à 2h01. La police est arrivée à 2h45.

Inquiétudes et questions

Trois jours après le casse filmé par un voisin, le recours à des psys ne fait pas un pli: «Ce n'est pas comme à télé», lâche une voisine fragilisée par tant de violence. «Et si quelqu'un avait promené son chien au même moment? Que lui serait-il arrivé face à la détermination des voleurs?» s'interroge-t-elle.

Une question s'est aussi posée ce week-end à La Ferrière: «Va-t-on rester ou déménager?» Ceux qui habitent au-dessus de la banque ont été secoués, au propre comme au figuré, la déflagration ayant endommagé le plancher du premier étage. Et dire qu'en emménageant, ils avaient d'abord pensé installer leur chambre à coucher côté bancomat, avant d'y mettre finalement le bureau par précaution...

Quand on se sent observé...

Dans le restaurant le plus proche, la gérante s'est sentie observée: son établissement était resté ouvert jusqu'à 1h30 en raison des parties de belote du jeudi soir. Et dès que son mari a fermé l'établissement, des manoeuvres suspectes ont été observées avant l'arrivée du camion de l'épicerie.

Le casse de vendredi n'a pas encore été résolu et l'enquête se poursuit. Les voleurs semblent avoir utilisé un extincteur pour effacer les traces. «Un billet de 50 francs, c'est tout ce qu'ils ont laissé», soupire une voisine.

Seul distributeur de billets de La Ferrière, le bancomat Raiffeisen était emmuré, côté gare, dans un immeuble abritant deux appartement et l'administration communale.

Appel à témoins

La police bernoise invite les personnes qui ont remarqué quelque chose de particulier entre 1h et 2h cette dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, mais également les jours précédents, à la contacter au 032 344 51 11. Deux voleurs encagoulés ont été vus en train de tirer péniblement une charge, tandis qu'un troisième faisait le guet. Les malfrats ont pris la fuite dans un break Renault blanc immatriculé en France. L'un d'eux a crié «La Chaux-de-Fonds», probablement pour brouiller les pistes, puisque le véhicule a pris la fuite en direction des Franches-Montagnes.

Aux Franches-Montagnes, justement, les bancomats sont régulièrement pris pour cible. Après une attaque au gaz au Noirmont (JU), les distributeurs ont été placés dans un vestibule. Ce qui permet à la fois d'abriter les clients des regards indiscrets et de protéger l'appareil durant la période nocturne à risques.

(nxp)