Crans-Montana (VS)

19 février 2019 21:11; Act: 19.02.2019 22:53 Print

Le danger d'avalanche était pourtant peu marqué

Avec un degré de risque évalué à 2 sur 5, la situation dans la station valaisanne n'était pas de nature à susciter les inquiétudes.

storybild

L'institut pour l'étude de la neige et des avalanches avait donné un risque de niveau 2 sur 5 dans son bulletin de jour. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le danger d'avalanche était de niveau moyen mardi après-midi dans le secteur de la Plaine-Morte où a eu lieu l'avalanche de Crans-Montana (VS). Selon l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches (SLF), il était de 2 sur une échelle maximum de 5.

«Rien n'est encore certain, mais il s'agit sans doute d'une avalanche de neige glissante» dite de reptation, a expliqué à Keystone-ATS Thomas Stucki, responsable du service d'alerte aux avalanches au SLF. Ce type de coulées n'est pas inhabituel en cas de redoux, précise-t-il.

«La reptation est un mouvement lent du manteau neigeux vers l'aval qui se déclenche lorsqu'on a eu des fortes chutes de neige sur des versants un peu chauds. Cela se matérialise par des grandes fissures larges qui vont jusqu'au sol avec un manteau neigeux plissé», précise le nivologue Robert Bolognesi, interrogé sur les ondes de la RTS.

Dans l'émission «Forum», cet expert rappelle qu'il s'agit d'un événement exceptionnel, d'autant qu'à cette altitude, le redoux est très relatif. «Je ne pense pas que le risque ait été sous-évalué. Cette avalanche s'est déclenchée au-dessus de l'altitude habituelle des avalanches de reptation.»

Des coulées de jour comme de nuit

Dans son bulletin d'avalanches pour la journée de mardi, le SLF écrivait qu'il fallait s'attendre à des avalanches de neige mouillée et de glissement, surtout sur des pentes très raides, peu fréquentées et ensoleillées, avec un risque de niveau 2 sur 5.

Pierre Huguenin, responsable de l'antenne du SLF à Sion, souligne les conséquences du réchauffement de ces derniers jours. «Actuellement, on a des fissures qui peuvent se déclencher en avalanches de glissement jour et nuit.» Dans la nuit de vendredi à samedi, vers 2 h du matin, une «gueule de baleine» a d'ailleurs lâché et engendré une coulée sur le site d'étude du SLF dans la vallée de la Sionne, à Anzère.

A cette saison, la station de Crans-Montana prévoit systématiquement de fermer les remontées mécaniques de la Plaine-Morte dès 14h45 en cas de redoux.


(ats)