Avalanche à Crans-Montana (VS)

20 février 2019 14:45; Act: 20.02.2019 14:45 Print

Le défi des urgences: «Faire face à l’inattendu»

par Fréderic Nejad Toulami - Chef du Service des urgences à l’Hôpital de Sion, le Dr Vincent Frochaux explique l’organisation quand intervient un accident comme l’avalanche de Crans-Montana.

Sur ce sujet
Une faute?

Après une longue journée et soirée, mardi, le Dr Vincent Frochaux récupère chez lui ce mercredi. Responsable du Service des urgences de l’Hôpital de Sion, lui et ses collègues ont pris en charge mardi les quatre personnes blessées dans l’avalanche qui a dévalé sur une piste de ski balisée. «Face à une telle situation soudaine, le problème majeur principal pour nous est l’incertitude sur l’ampleur du drame et le nombre de blessés, ainsi que le type de blessures et leur gravité», explique Vincent Frochaux.

Au sein de l’établissement hospitalier, la procédure dans ces situations passe par la désignation d'un unique répondant aux urgences, afin de centraliser toutes les informations, en lien avec le 144. «Par anticipation, on essaie de faire de la place dans le service des urgences, en répartissant les patients ailleurs, afin d’être prêt à accueillir des blessés, décrit le Dr Frochaux. Il faut pouvoir faire face à l’inattendu tout en gérant le quotidien des affaires en cours.»

Étant donné la potentielle gravité et diversité des cas à traiter, la procédure prévoit d’avertir en amont divers services médicaux, comme les soins intensifs, les anesthésistes, la chirurgie cardio-vasculaire et les soins contre l’hypothermie. «Si nous avions dû faire face à un grand nombre de blessés, nous les aurions répartis alors entre les hôpitaux de la région, comme celui de Sierre, selon la gravité des cas», souligne le chef du Service des urgences.