Votations cantonales

19 juin 2011 14:52; Act: 19.06.2011 15:12 Print

Les Neuchâtelois approuvent leurs autorités

Les électeurs de Neuchâtel ont clairement tranché dimanche et accepté massivement la révision de la fiscalité des entreprises et la loi sur l'accueil des enfants. Gros taux d'abstention.

Une faute?

Les électeurs ont nettement refusé l'initiative demandant pour chaque enfant, une place d'accueil de la naissance à la fin de la scolarité obligatoire. Les citoyens ne se sont pas mobilisés en masse. La participation s'est élevée à 28,59%.

Le résultat n'en est pas moins net: les Neuchâtelois ont accepté par 28'128 voix contre 8448, ou 76,9% de «oui», la réforme de la fiscalité. Ils ont dit «non» à l'initiative par 71,8% des voix et «oui» au contre-projet par 72,9% des voix.

Les autorités l'avaient répété sur tous les tons, l'enjeu de ce scrutin était crucial pour le canton. A leurs yeux, il s'agit d'un «nouveau contrat social».

Il consiste à rétablir l'égalité fiscale entre les entreprises. Exit la politique fiscale plutôt agressive, et ses exonérations et autres allègements, introduits par le canton pour faire face à la crise horlogère des années septante. Les entreprises seront toutes soumises à l'impôt, mais les conditions seront parmi les plus attrayantes de Suisse.

Donnant-donnant

La loi du 1er septembre 2010 sur la révision de la fiscalité des personnes morales prévoit de diminuer de moitié le taux d'imposition. Il passera en cinq ans, d'ici 2016, de 10 à 5%. En retour, l'Etat leur demande de participer financièrement au développement des structures d'accueil pour les enfants.

La loi sur l'accueil des enfants veut doubler le nombre actuel des places préscolaires et parascolaires d'ici 2014 pour accueillir 60% des enfants de 0 à 4 ans et 30% de ceux de 4 à 12 ans pendant 2,5 jours par semaine. Les acteurs économiques participeront à sa mise en oeuvre à hauteur de 7 millions de francs pour débuter et de 10 millions au maximum dès 2014.

Vers une déduction totale des frais de garde

Le contrat social proposé aux Neuchâtelois n'est pas une fin en soi, mais le début de la sortie d'un blocage et de déficits budgétaires récurrents. La suite est déjà annoncée.

Le Conseil d'Etat a présenté en mars dernier son projet de réforme de la fiscalité des personnes physiques. Il prévoit un sérieux coup de pouce aux familles et notamment la déduction totale des frais de garde ainsi qu'une augmentation substantielle des déductions pour enfants.

(ats)