Canton du Jura

02 décembre 2019 11:46; Act: 02.12.2019 15:00 Print

Les concessions de bus attirent 4 entreprises

La mise au concours porte sur la totalité des 38 lignes de bus régionales jurassiennes, urbaines et nocturnes, réparties en deux lots.

storybild

C'est la totalité des 38 lignes régionales jurassiennes qui sont mises à l'encan. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Quatre entreprises de transport ont répondu à l'appel d'offres du Gouvernement jurassien pour obtenir les concessions d'exploitation des 38 lignes de bus régionales, urbaines et nocturnes. Le choix final devrait être annoncé au printemps prochain.

Les soumissionnaires avaient jusqu'à jeudi dernier pour déposer une offre. Le canton du Jura n'a pas dévoilé les noms des entreprises qui ont postulé. Mais CarPostal et les Chemins de fer du Jura (CJ), qui exploitent les lignes jurassiennes, ont déjà publiquement fait part de leur intérêt, tout comme le groupe français RATP.

Quatre des 38 lignes concernent aussi le Jura bernois. Le processus d'évaluation aboutira à l'octroi de concessions fédérales pour une durée de dix ans, ont précisé lundi les cantons du Jura et de Berne. Le choix sera annoncé au printemps 2020. Les concessions entreront en vigueur en décembre 2021.

La procédure de mise au concours du réseau, annoncée au printemps 2017, porte sur la totalité des 38 lignes réparties en deux lots: le premier comprend les trente lignes des régions de Delémont, de Haute-Sorne, de Clos du Doubs et d'Ajoie, le second englobe huit lignes des Franches-Montagnes.

Les trajets à cheval sur le Jura et le canton de Berne sont: Moutier-Courrendlin-Delémont, Tavannes-Bellelay-Lajoux-Les Genevez, Tramelan-Saignelégier-Goumois, Tramelan-Glovelier-Bassecourt.

Grogne des chauffeurs

La mise au concours du réseau de bus dans le canton du Jura suscite une vague d'inquiétude au sein du personnel de CarPostal et des CJ. Les chauffeurs redoutent surtout qu'une société étrangère pratiquant la sous-enchère salariale ne s'empare du marché et qu'ils soient ainsi livrés au groupe le meilleur marché.

Après le scandale des subventions, CarPostal est donc menacé de perdre toutes ses lignes dans le Jura. Le Gouvernement jurassien a dénoncé cette concession car il n'était pas satisfait du coût et de la qualité des offres de la filiale de La Poste.

Il a justifié cette libéralisation en relevant que les propositions faites au printemps 2017 par CarPostal pour 2018 n'étaient pas acceptables. Le Gouvernement lui reprochait son manque de transparence également. Des millions de francs sont en jeu.

(nxp/ats)