Service public

02 octobre 2019 18:35; Act: 03.10.2019 10:23 Print

Les coupes budgétaires se précisent à la RTS

Pour faire face à une baisse de ses recettes publicitaires, la RTS va annuler sa «Matinale» de 5h à 6h. Une dizaine de postes de journalistes seront supprimés.

storybild

Grâce à ces premières mesures, l'économie annuelle devrait se monter à 2,5 millions de francs. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les économies annoncées fin septembre par la RTS auront des répercussions sur les programmes. La première heure de la «Matinale» va passer à la trappe en 2020. Une dizaine d'emplois de journalistes seront supprimés.

A la radio, seuls les flashes de 5h et de 5h30 subsisteront entre 5h et 6h. «Nous avons fait ce choix parce que cette tranche horaire impacte le moins le public», a indiqué mercredi Sophie Balbo, porte-parole de la RTS. Elle confirmait une information publiée sur le site de 24 heures et de la Tribune de Genève.

Les rendez-vous estivaux avec les émissions TV «Couleurs locales» et «Mise au Point» restent, mais vivront avec davantage de rediffusions. L'économie est substantielle et cette mesure permet de ne pas dénaturer les rendez-vous le reste de l'année, relève la porte-parole, qui précise qu'aucune autre émission d'actualité n'est touchée.

Départs naturels

Les mesures doivent s'appliquer en 2020. De 10 à 11 postes de journalistes seront supprimés à l'actualité radio/TV sur un total d'environ 400 collaborateurs. «Tout est entrepris pour éviter les licenciements notamment à la faveur de départs naturels», a ajouté Mme Balbo.

Grâce à ces premières mesures, l'économie annuelle devrait se monter à 2,5 millions de francs. De nouvelles coupes seront annoncées ces prochains jours dans d'autres domaines, a relevé la porte-parole.

Et de rappeler que la SSR subit «une perte de publicité importante. Et qu'après plusieurs plans d'économie, la baisse de la redevance ainsi que son plafonnement, et après avoir considérablement réduit les supports et les budgets d'exploitation de l'entreprise, nous ne pouvons plus cette fois éviter de toucher à l'offre».

La SSR a annoncé il y a plus d'une semaine devoir faire des économies à hauteur de 50 millions en raison notamment d'une baisse des recettes publicitaires de 30 millions.

(nxp/ats)