Grève du 14 juin

03 juin 2019 21:31; Act: 03.06.2019 21:31 Print

Les femmes UDC font hurler des grévistes

par Yannick Weber - Des membres du parti organiseront le 14 juin un repas de soutien à une association qui affiche des positions hostiles à l'avortement. Colère chez des féministes.

storybild

Le mouvement ne fait pas l'unanimité chez les femmes. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Pendant qu'auront lieu des manifestations le 14 juin à l'occasion de la grève des femmes, des membres de l'UDC participeront à un repas de soutien destiné à l'association Aide suisse pour la mère et l'enfant (ASME). Celle-ci assiste des couples et des femmes le long de la grossesse et après la naissance de l'enfant. Mais des participantes à la grève sont allées dénicher des détails qui leur ont hérissé les poils.

La pilule du lendemain, un «produit abortif»

L'ASME consacre une partie de son site internet à l'avortement et y affiche des positions qui lui sont hostiles. Les conséquences de l'acte y sont vues comme étant faites de «tristesse à long terme et de regrets» et l'association souhaite favoriser des alternatives. Toujours dans cette section, la pilule du lendemain n'est pas considérée comme un moyen de contraception, mais comme «un produit abortif précoce».

«Que des femmes préfèrent défendre une association qui met en péril le droit des femmes plutôt que de se rassembler lors de la grève nous met en colère», commente Audrey Petoud, porte-parole de la Jeunesse socialiste vaudoise. «La grève n'est pas un moyen d'action qui nous correspond. Tout l'argent récolté lors de notre repas servira à venir en aide à des femmes précarisées. On préfère l'action plutôt que les slogans», rétorque Lucie Rochat, présidente de l'Association des femmes UDC romandes.

Fractures chez les femmes

La querelle montre les dissensions internes qui existent chez les femmes. «Nous sommes aussi en colère car nous sommes prises en otages par des femmes qui défendent un manifeste de gauche. Elles n'ont pas le droit de parler au nom de toutes et nous avons voulu faire une action de notre côté, sans quoi on nous aurait encore accusées de ne rien faire», poursuit Lucie Rochat.

Pour Audrey Petoud, au contraire, cette opposition est «dommage». «La grève est issue d'un appel collectif et non-partisan. Nous ne sommes pas toujours toutes d'accord, mais ce mouvement est l'occasion de se rassembler», estime-t-elle. Mais pas de quoi convaincre les femmes UDC, qui lancent une dernière pique aux grévistes. «Il y aura là-bas surtout des femmes qui sont privilégiées d'avoir un employeur arrangeant. Les femmes précarisées, elles, ne pourront pas faire la grève», remarque Lucie Rochat.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • lavieebelle le 03.06.2019 21:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et la liberté individuelle ?

    Y a quand même un vrai souci en Suisse maintenant avec la liberté individuelle non ? Les femmes qui veulent manifester ben elles y vont mais elles ne reprochent rien à celles qui n'y vont pas, pour quelque raison que ce soit !

  • JeRevolutionneLeMondeLe14062019QuelleBla le 03.06.2019 21:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pensée unique

    On est encore en démocratie ou bien ? N'importe quoi ces féministes, soit il faut s'aligner à 100% sur elles soit elles crient au scandale. Bande de dictatrices !

  • Doug Wilson le 03.06.2019 22:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hypocrisie

    La gauche (PS) tolérante dans toute sa splendeur. Vous êtes libre de penser ce que vous voulez, sauf si ce n'est pas la même chose que nous !

Les derniers commentaires

  • pupuce le 04.06.2019 23:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    nul

    Elles deviennent de plus en plus ridicules ces dames grévistes ! cela frise la connerie !

  • Lucette le 04.06.2019 14:37 Report dénoncer ce commentaire

    Pathétique

    Et le fait qu'elles organisent leur souper de soutien la même date que la grève féministe est un pur hasard bien sûr !

  • Jean Risdeja le 04.06.2019 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est les religieux.

    Le combat pour ou contre l'avortement n'a rien à voir avec la gauche ou la droite, mais entre les laïques et les croyants extrêmistes. Et méfiez-vous d'eux, car on est gentiment en train de retomber dans l'obscurantisme religieux. Bientôt ils voudront aussi interdire la pilule, ensuite le préservatif, puis les plaisirs solitaires ?

    • Richter le 04.06.2019 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Risdeja

      Personne n'est pour l'avortement mais bien pour la liberté de pouvoir choisir, ce qui est en soi souvent une épreuve très difficile ou la femme est très seule.

    • Mendrisiotto le 04.06.2019 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jean Risdeja

      C'est très dangereux le plaisir solitaire. Ça rend sourd. Tu sais que ce soit les feministes ou les femmes UDC. C'est quant même un problème. Je n'arrive pas les prendre au sérieux. Elles se battraient pour le travail égal avec les mêmes compétences, pas de problèmes et leurs AVS completes et non pas la moitié en étant mariées c'est oui aussi. Mais la elles se dispersent complétement. Et en plus elles rêvendiquent tellement de chose qu'elles ne peuvent pas être prisent aux sérieux

  • Lucette le 04.06.2019 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    Mais bien sûr !

    Et bien sûr, le fait qu'elles aient choisi le 14 juin précisément pour organiser leur truc, ce n'est pas du tout une provocation !

  • Guillu le 04.06.2019 09:13 Report dénoncer ce commentaire

    Encore

    Faites hurler les grevistes encore et encore.