Suisse romande

05 décembre 2018 20:16; Act: 06.12.2018 20:55 Print

Les grands prédateurs ont tué des centaines de bêtes

par Xavier Fernandez - Cette année, 269 animaux de rente ont été victimes d'attaques de loups en Valais. A l'opposé, Fribourg et Neuchâtel n'en dénombrent aucune.

storybild

(Photo: Andyworks)

Une faute?

Mercredi, les cantons du Valais et de Fribourg ont publié des statistiques concernant les attaques de grands prédateurs. Et, le moins que l'on puisse dire, c'est que le contraste est saisissant. Chez les premiers, 269 animaux de rente (que des moutons) ont été tués par des loups cette année. Le montant total des dégâts, y compris les soins vétérinaires apportés aux animaux blessés, s'est élevé à 118'450 francs.

En outre, 37 animaux sauvages, tels que cerfs, chevreuils ou chamois, ont également été retrouvés morts. Mais ce chiffre n'est pas représentatif, au sens où la plupart des attaques n'ont pas pu être recensées, notamment parce qu'elles se sont produites dans des zones difficilement accessibles.

Neuf loups sont établis en Valais

Concernant la population de loups, des analyses ADN ont permis d'identifier formellement neuf individus (5 mâles et 4 femelles) établis dans le canton. C'est deux de plus que l'année dernière. Si des groupes de trois ou quatre ont été observés se déplaçant ensembles, pour l'instant on ne peut pas affirmer qu'il s'agisse de meutes. A noter que deux autorisations de tir ont été délivrées dans les régions du Haut-Valais et du Valais Central, mais aucun prélèvement n'a pu être réalisé.

Dans le canton de Fribourg, contrairement à l'année dernière, aucun loup n'a été observé. Logiquement, il n'y a donc pas eu de victimes non plus. En revanche, les autorités cantonales signalent qu'un mouton a été tué par un lynx, le 19 septembre à Broc. «C'est la seule attaque avérée de grands prédateurs pour l'année en cours sur les 8911 animaux de rente estivés dans le canton de Fribourg, ovins et caprins confondus», peut-on lire dans un communiqué.

Pas d'attaque à Neuchâtel depuis deux ans

Concernant Neuchâtel, le bilan 2018 est totalement vierge, comme l'était celui de 2017. Aucune attaque de grands prédateurs n'a été constatée, pas plus que la présence de loups. Pour ce qui est des lynx, leur population est estimée de 15 à 20 individus adultes, les jeunes n'étant pas comptabilisés. «Comparé à d'autres cantons, nous n'avons finalement que peu de troupeaux dans les pâturages, ce qui explique aussi que nous comptabilisons peu d'attaques», souligne Christophe Noël, chef du service de la faune.

Dans le canton de Vaud, les loups ont tué deux moutons, tandis que les lynx ont attaqué trois moutons et trois chèvres. «Le sud de l'arc jurassien et les Alpes vaudoises comptent des populations de lynx estimées à environ trois individus adultes indépendants pour 100 km2 d'habitat favorable. Leur nombre peut donc être estimé à environ 35 dans ces régions. Quant à la présence du loup, elle est avérée dans l'ouest du Jura vaudois. Le monitoring effectué depuis l'hiver dernier a confirmé la présence de deux individus adultes entre le Col de la Givrine et le Col du Marchairuz», détaille Denis Rychner, conseiller en communication de la Direction générale de l'environnement.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Patalo le 05.12.2018 20:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez l'acharnement

    Et combien de bêtes ont été oubliés dans la montagne, se sont pris un coup de foudre, ont chuté d'une falaise, sont mortes de maladie ? Si vous voulez faire des statistiques sur le nombre d'animaux morts en une année, ne citez pas que les grands prédateurs.

  • amande le 05.12.2018 20:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comprendra qui pourra

    en meme temps les humains leur bouffe tout! normal qu il ait plus rien à se mettre sous la dent!

  • Lysa le 06.12.2018 04:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Valaisanne

    Je suis Valaisanne et désolée je défends le loup. Certes je n'ai pas de troupeaux mais le loup a toujours été dépeint en démon alors qu'il sert à tuer les bêtes faibles ou malades. Si il y a les loups plus besoin de chasseurs comme la chasse n'est plus nécessaire (de nos jours on chasse dans les magasins). Non je ne suis pas vegan non plus! Par contre on a un écosystème, le loup sert à ce dernier alors que nous ne servons à rien. Et comme dit maintenant il y a dédommagement. Ce n'est pas comme si ces bêtes de rente étaient considérées et ne finiraient pas au rayon boucherie...

Les derniers commentaires

  • Danièle le 06.12.2018 19:57 Report dénoncer ce commentaire

    plus rien de logique

    suffit d'arrêter la chasse et les laisser réguler avec leur instinct de prédateurs, tout devient dénaturé.

  • Pilou le 06.12.2018 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Aider les éleveurs

    Loup ou pas loup, il faut aider les éleveurs et monde paysan à protéger leurs troupeaux et les dédommager. Nous avons besoin d'eux et eux de nous.

  • du balai les marginaux le 06.12.2018 09:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    resté dans vos villes à polluée avec vos cigarette

    la page des bobos de citadins drogués qui ne connaissent rien a part les documentaires TV pro écolos

  • fabien le 06.12.2018 08:54 Report dénoncer ce commentaire

    grand prédateurs

    nous on tue bien plus de nos semblables et on nous régule pas pour autant

  • grün le 06.12.2018 07:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et alors ils vont pas au resto

    le plus grand prédateur des animaux reste les véhicules automobiles et les braconniers dans certains cantons