Pollution à la benzidine

11 octobre 2019 18:32; Act: 12.10.2019 08:45 Print

Substance cancérogène dans le Rhône en Valais

L'ex-chef de l'environnement Joël Rossier dénonce une pollution plus grave que prévu à la près de l'ancienne décharge de Gamsenried dans le Haut-Valais.

storybild

La décharge de Gamsenried (VS), près de Brigue. (Photo: Keystone/archive)

Sur ce sujet
Une faute?

L'augmentation de la pollution à la benzidine de la nappe phréatique près de l'ancienne décharge de Gamsenried (VS) préoccupe Joël Rossier. L'ex-chef du service valaisan de l'environnement le dit dans des documents que des médias ont pu consulter.

Huit médias (Le Temps, 24 Heures, la Tribune de Genève, la RTS, SRF, Le Nouvelliste, Canal 9 et Rhône FM) ont obtenu vendredi des documents liés à la procédure administrative qui a conduit à la libération de l'obligation de travailler du chef démissionnaire du service de l'environnement Joël Rossier. Plus de 500 pages obtenues après une médiation avec le préposé cantonal à la protection des données et à la transparence Sébastien Fanti.

L'ex-chef du service valaisan de l'environnement (SEN) y indique qu'il n'était pas en mesure d'appliquer correctement le droit environnemental en Valais et que c'est pour cette raison qu'il a démissionné. Il appuie ses dires par des courriels, rapports, notes internes et autres procès-verbaux.

Substance toxique et cancérigène

Plusieurs médias se concentrent sur le dossier de la benzidine, une substance toxique et cancérigène qui provient de déchets déposés par Lonza entre 1918 et 1978. En avril dernier, l'entreprise chimique avait communiqué avoir détecté de la benzidine en 2018 lors de son analyse des eaux souterraines près de l'ancienne décharge de Gamsenried dans le Haut-Valais.

Lonza avait précisé que l'eau potable n'avait pas été touchée. Interrogé alors par Keystone-ATS, Joël Rossier avait confirmé qu'aucune trace de benzidine n'avait été trouvée dans les puits d'eau potable et d'irrigation de la région. Mais en été 2019, la montée en concentration de la benzidine, inquiète Joël Rossier. Il craint que les travaux de la troisième correction du Rhône n'aient aggravé la pollution.

«L'eau potable n'est pas contaminée»

Vendredi matin, les médias cités plus haut ont été reçus notamment par le conseiller d'Etat Jacques Melly. Cité par Le Temps, le chef du département valaisan de la mobilité, du territoire et de l'environnement a indiqué que «ni l'eau potable ni l'eau d'irrigation ne sont contaminées par la benzidine». L'Etat assure que l'eau rejetée dans le Rhône respecte les normes.

Interrogé par le quotidien sur ce que risquent les habitants des bords du Léman, dont l'eau potable vient du lac alimenté par le Rhône, Yves Degoumois, chef de la section cantonale des sites pollués, déchets et sols, répond: «La benzidine est une substance qui n'est pas persistante, qui se dégrade et qui est photosensible».

«Rupture de confiance»

Le chef du SEN a démissionné en juin dernier et aurait dû quitter son poste à la fin octobre. Il a été libéré de son obligation de travailler le 21 août dernier par le Conseil d'Etat qui a évoqué une «rupture de confiance».

Le gouvernement a affirmé que les rapports déposés par Joël Rossier aux autorités de surveillance (l'inspection cantonale des finances et la commission de gestion du Grand Conseil) ne sont pas la cause de son départ prématuré.

Résolution verte

En septembre dernier, le Grand Conseil a accepté par 89 voix contre 23 et 3 abstentions une résolution urgente portée par Les Verts. Elle demandait «un accès immédiat à l'intégralité des rapports» afin d'éviter «les supputations et les soupçons ».

Vendredi en fin d'après-midi, l'Etat du Valais a indiqué avoir remis les documents à des médias et à des formations politiques. "La procédure administrative (ayant conduit à la libération de l'obligation de travailler de Joël Rossier) étant terminée, le Conseil d'Etat leur a remis une copie après vérification et anonymisation par le préposé cantonal à la protection des données et à la transparence. Les documents remis par Joël Rossier à l'inspection des finances notamment, ne sont pas encore connus.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • spiraleur le 11.10.2019 19:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Magouilles

    Magouilles, magouilles et magouilles, et rien a battre des citoyens, tant que les responsables et le fric maintiennent le système en place. C'est en valais, mais ailleurs c'est de loin pas mieux :-(((

  • Circo Loco le 11.10.2019 19:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lonza

    Un problème qui traîne depuis 1918! Ce n'est que la planète après tout, si les déchets s'évacuent dans la terre le problème se réglera de lui même. Ça en dit long sur la sensibilité écologique du chef de l'environnement.

  • Sir Hill le 11.10.2019 18:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Fossoyeurs de la faune et de la flore

    "Environnement" et "Valais" dans la même phrase, ça fait bizarre!

Les derniers commentaires

  • Fafa le 15.10.2019 09:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Impunité ?

    Entre cette histoire de benzidine et celle du chauffage à mazout non conforme relatée ce jour-même dans vos colonnes, ça déchire... Pourtant la loi fédérale sur la protection de l'environnement est la même pour tout le monde...

  • Andreas California le 13.10.2019 13:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Valais réveil Toi !

    Tout est possible dans l Empire du PDC...parti des copains !

  • Hugo le 12.10.2019 20:29 Report dénoncer ce commentaire

    Il fait agir

    Il faudrait que le canton de Vaud contrôle les eaux qui arrivent dans le Léman. Il faudrait aussi quon ait enfin des politiques vertueux, compétents et courageux. Je sais, je rêve, mais cest réalisable.

    • Jl le 16.10.2019 19:54 Report dénoncer ce commentaire

      Chiers

      Ou lire le Pic sur l'echa

  • Stef R le 12.10.2019 16:06 Report dénoncer ce commentaire

    Melly ou l'incompétent (à choix)

    Quand on écoute Melly au téléjournal du 11.10.2019 à 19h30 c'est une honte. En gros, du moment que l'on ne lui tape pas sur les doigts ou qu'il n'y a pas encore de cancer avéré par cette pollution, alors on ne fait rien et surtout pas de prévention... J'espère que les cantons de Vaud et Genève trouvent des traces de cette saleté dans leurs eaux et qu'ils s'occupent de lui! Il me fait honte d'être Valaisan... De plus c'est le même qui à l'époque avait dit que tout allait bien pour le viaduc de Riddes... On voit le résultat...

    • Jean-Maurice le 12.10.2019 17:35 Report dénoncer ce commentaire

      @Stef R

      Prévention il y a, puisque la substance est justement surveillée. Et vu la vitesse où elle se dégrade, je pense que déjà à Viège on en trouve plus la moindre trace. Quand au viaduc de Riddes, tout allait bien à ce moment-là... vous allez pas lui reprocher de ne pas être au courant de quelque chose que personne n'avait encore découvert ? Il est Conseiller d'État, pas Dieu.

  • Lorraine le 12.10.2019 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule

    Et n'oublions pas les peintures, plastiques des voitures que l'on respire, meletas, coussins, capsules nespresso, emballages, conduites d'eau en plastique, plaquettes de freins, etc... On fait une vraie liste un jour et on arrête de vivre ?