Risque de gel en Valais

04 avril 2019 13:31; Act: 05.04.2019 12:49 Print

Les arboriculteurs sont sur le pied de guerre

La nuit de jeudi à vendredi s'annonce particulièrement délicate pour les vergers valaisans car le thermomètre devrait descendre en dessous de zéro.

La situation est tendue pour les arbres fruitiers, actuellement en fin de floraison.
Une faute?

Si la couverture nuageuse se déchire durant la nuit de jeudi à vendredi, les températures vont baisser et le risque de gel sera bien réel. «Le moment le plus délicat se situe en général entre 4h et 8h du matin», a indiqué à Keystone-ATS Olivier Borgeat, directeur de l'Interprofession des fruits et légumes du Valais (IFELV).

La situation est tendue pour les abricotiers, actuellement en fin de floraison, mais aussi pour les cerisiers, pruniers et poiriers dont la floraison en est à ses débuts. Moins avancée, la vigne ne risque rien, précise Jacques Rossier, chef de l'office valaisan d'arboriculture et cultures maraîchères.

Reliés à une alarme

Les producteurs de la plaine du Rhône, entre Sierre et St-Maurice, sont prêts à intervenir.

La plupart sont reliés à une alarme émise par l'une ou l'autre des 81 stations météo qui couvrent le canton.

Le moyen de lutte favori est l'aspersion des arbres fruitiers avec de l'eau tirée de la nappe phréatique. La transformation de l'eau en glace libère de la chaleur qui va protéger le fruit, explique Jacques Rossier.

Grosse casse en 2017

Jusqu'au 20 mai environ, les épisodes de gel ne sont pas exclus dans la plaine du Rhône mais aussi sur les coteaux. A la fin avril 2017, les vignobles et les vergers avaient été durement frappés en Suisse.

En Valais, la perte financière s'était montée à 70 millions de francs, soit 50 millions pour la viticulture et 20 millions pour l'arboriculture. L'aide du canton et de la Confédération avait totalisé 7,6 millions de francs.

(nxp/ats)