Neuchâtel/Fribourg

08 septembre 2019 17:12; Act: 08.09.2019 17:12 Print

Damien Piller estime que Migros s'acharne contre lui

Le président de Migros Neuchâtel-Fribourg a déposé une plainte pénale pour diffamation, à la suite de la publication des résultats d'un vote à son encontre.

storybild

Le bras de fer entre un ponte de l'immobilier et la Migros continue. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La contre-attaque n'aura pas tardé. Samedi, la presse a appris que le comité coopératif de la Migros Neuchâtel-Fribourg (MNF) avait, à une très large majorité, décidé de retirer sa confiance à Damien Piller et ses collègues de l'administration. Le lendemain, l'homme d'affaires fribourgeois a annoncé avoir porté plainte pour diffamation contre les auteurs de cette communication.

Le président de la MNF estime que le comité coopératif a violé le secret des délibérations, soulignant que les 2800 employés de la coopérative ont été informés par mail vendredi. D'après lui, c'est la Fédération des coopératives Migros (FCM) qui a orchestré ce désaveu. «Les agissements aussi compulsifs qu’injustifiés de la FCM confirment la cabale contre l’un de ses présidents devenu trop puissant, pour l’éliminer en le discréditant publiquement», peut-on lire dans un communiqué, transmis dimanche à la presse.

Accusé d'enrichissement illégitime

Pour mémoire, le riche homme d'affaires, actif dans l'immobilier et les médias, est accusé notamment d'enrichissement illégitime. On lui reproche principalement de s'être mis dans la poche environ 1,6 million de francs en facturant de manière injustifiée, via deux de ses sociétés de construction, des travaux d'aménagement pour les magasins Migros de Belfaux (FR) et La Roche (FR). Des plaintes ont été déposées par la FCM, ainsi que la direction de la MNF.

Bien entendu, pour l'heure, l'ancien vice-syndic de Villars-sur-Glâne et député au Grand Conseil demeure présumé innocent. Et le vote n'implique pas sa destitution. Néanmoins, ces prochains jours, le comité se réunira à nouveau et il décidera s'il souhaite organiser un scrutin en ce sens. Le cas échéant, tous les membres de la coopérative régionale seront appelés à se prononcer, selon une information de l'«Aargauer Zeitung».

(xfz)