Suisse

01 avril 2019 11:11; Act: 01.04.2019 15:31 Print

Neuchâtel: la hausse des frais d'écolage passe mal

Une pétition demande que le Conseil d'Etat neuchâtelois reconsidère la hausse prévue des frais d'écolage, qui devraient passer de 1000 à 2000 francs par année dès 2020.

storybild

Les membres du comite d'action ont remis leur pétition au Château de Neuchâtel. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les étudiants neuchâtelois ne veulent pas d'une hausse des frais d'écolage. Une pétition pour «Des Ecoles supérieures accessibles à toutes et tous, sans discrimination» a été remise lundi à la Chancellerie d'Etat. Elle a déjà récolté 2670 signatures.

Les pétitionnaires demandent que le Conseil d'Etat neuchâtelois reconsidère cette hausse, voire qu'il l'annule. Les frais d'écolage devraient passer de 1000 à 2000 francs par année dans certaines filières Ecole supérieure (ES) lors de la rentrée 2020. «Que fait le Conseil d'Etat de l'égalité des chances?», s'est interrogée Léa Ziegler, au nom du comité d'action. Selon elle, cette hausse va pousser certains étudiants qui n'ont pas accès aux bourses à renoncer à leur formation.

Des pancartes en forme de poisson

1er avril oblige, une classe d'étudiants éducateurs de la petite enfance, touchée par cette hausse des taxes, a manifesté son désaccord avec de nombreuses pancartes en forme de poisson. On pouvait y lire «Ce n'est pas une blague, se former devient un luxe». Pour cause, les élèves de première année, qui avaient signé pour un cursus à 1000 francs par an, verront leurs taxes doubler en troisième année.

«A terme, la volonté du gouvernement est de fermer les filières à temps plein au bénéfice des filières duales. Or, à ce jour, trouver une place d'apprentissage pour suivre un cursus à temps partiel est denrée rare», expliquent les pétitionnaires qui regrettent aussi que les entreprises n'aient pas été consultées sur leurs besoins effectifs. Les auteurs de la pétition estiment que le potentiel d'économies de cette mesure, soit 200'000 francs, n'est pas «acceptable», face aux mesures de réduction fiscale acceptées la semaine dernière par le Grand Conseil.

Crainte de décourager les étudiants Neuchâtelois

«Si la hausse n'est pas gelée, les écoles supérieures neuchâteloises vont devenir bien plus onéreuses que leurs voisines, en comparaison intercantonale. Les étudiants des cantons voisins choisiront logiquement de se former ailleurs», déplorent les pétitionnaires. «De plus, les Neuchâtelois risquent d'aller aussi suivre une formation hors du canton.»

Interpellée au Grand Conseil en octobre sur le sujet, la conseillère d'Etat, Monika Maire-Hefti, a expliqué que «la hausse des frais d'écolage est dommageable mais moins que la fermeture de filières». Le cheffe du Département de l'éducation et de la famille avait ajouté que le canton de Neuchâtel «s'implique fortement dans l'offre ES alors qu'il aurait plutôt intérêt au niveau financier à faire former ses étudiants par d'autres cantons.»

Sur 586 étudiants à fin 2017, Neuchâtel en formait 160 du canton du Jura et de Berne et 128 d'autres cantons. La pétition a été lancée par des syndicats (SSP, Unia, SUD) et des partis de gauche comme le POP, Solidarités et les Jeunes socialistes. Le Parti socialiste a décidé de soutenir la démarche, même s'il est en porte-à-faux avec sa conseillère d'Etat Monika Maire-Hefti.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Ex Périence le 01.04.2019 12:10 Report dénoncer ce commentaire

    La valeur des études

    La hausse de taxe remettra peut-être dans la tête des petit(e)s glandouilleur(euse)s qui trouvent tous les prétextes possibles et imaginables pour pratiquer un absentéisme fondé sur le "gépahanvie", que faire des études ne consiste pas à discutailler à perte de vue en faisant semblant qu'ils sont déjà "des grands".

  • Marcr le 01.04.2019 11:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A peine étonnant

    Évidemment que cela passe mal, ceux qui reçoivent ces prestations étatiques, comme d'autres d'ailleurs, sont tellement habitués au tout gratuit que de payer une somme symbolique pour un écolage qui serait payant ailleurs ne passe pas..cela ne pourra pas durer éternellement..les recettes manquent et ne sont pas infinies

  • Ouèsava le 01.04.2019 13:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Rien que l'écriture "inclusive" de cette banderole invalide les braillements de ces râleurs.

Les derniers commentaires

  • Liberland le 06.04.2019 11:27 Report dénoncer ce commentaire

    Discipline de classe

    Le public étant devenu aussi sévère et identique au privé c est tout a fait normal .... donc payez et vous serez considéré...

  • Mame rabe le 04.04.2019 12:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ABE

    La plupart de ces commentaires me font rire ! Notamment ceux qui parlent des étudiants raleurs et qu'ils n'ont qu'à payer. Pour info, dans les autres cantons la formation coûte entre 700 et 1000. En quoi le canton justifie de doubler les frais d'écolages ? Pour remplir les caisses du canton ? Non merci. En ce qui concerne les bourses, les conditions pour en obtenir sont très strictes.

  • Laurent Kurde le 02.04.2019 14:00 Report dénoncer ce commentaire

    Canton sinistre et sinistré

    Quel canton pestiféré! Déjà que tous les grands contribuables ainsi que la moitié du personnel administratif et de la police se barrent de l'autre côté du lac pour ne pas être saignés par les impôts les plus élevés de Suisse, maintenant, le peuple qui survit va être étranglé par des frais supplémentaires.

  • Vlad le pourfendeur le 02.04.2019 13:32 Report dénoncer ce commentaire

    Soyez reconnaissant

    Le coût pour la collectivité d'un étudiant en Suisse va de 20000.- à plus de 114000 francs par an selon la branche choisie (office fédéral de la statistique). Donc payer 2000.- par an représente seulement au maximum 10% du coût réel. Montrez vous reconnaissant d'avoir été choisi pour étudier dans cette université. Et surtout, obtenez le diplôme après vos études. Puis bossez jusqu'à l'âge de la retraite pour rembourser l'avantage énorme que vous eu en comparaison de ceux qui n'ont pas eu cette chance d'aller à l'université.

    • pingouin le 04.04.2019 12:44 Report dénoncer ce commentaire

      Reconnaissants, oui mais.

      Si ces 2000 francs par mois ne représentent que 10 pour cent du coût réel, ils représentent néanmoins, pour des étudiants en parcours emploi, environ un mois de salaire pour les mieux rémunérés, quatre pour ceux qui le sont le moins. Par conséquent, pour un jeune adulte indépendant, il deviendra très compliqué d'envisager une telle formation et donc d'obtenir le diplôme permettant de gagner plus ou moins décemment sa vie ensuite et donc payer des impôts qui permettront entre autres d'offrir cette opportunité là à d'autres personnes. Ce n'est qu'une économie à court terme et sans vision.

  • Swissneuch le 01.04.2019 17:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop au massacre pour le citoyen neuch

    Neuchâtel n'a pas la masse critique suffisante pour être indépendant, la seule solution et de fusionner tous ses services administratifs et système éducatif avec le canton de Vaud. Il est bien entendu que sa bourgeoisie défraichie devra rendre les armes et ses blasons :-)